L’historique de Branféré

L’histoire du Parc de Branféré est assez atypique en France. A l’origine, le domaine de 45 hectares situé dans le Morbihan est totalement privé. A l’image du Zoo Safari de Thoiry né dans le domaine familial des Yvelines, les terres qui deviendront le Parc zoologique et botanique de Branféré appartiennent à un couple, Paul et Hélène Jourde, deux passionnés de voyages.

C’est au travers de ces aller-retours à l’étranger et notamment en Inde où, invité chez un Maharadjah, Paul est frappé par l’harmonie que dégagent les animaux vivant en semi-liberté, que le coupe Jourde décide de recréer dans leurs jardins de Branféré cette osmose entre l’homme, la faune et la nature.

mixite des espèces
Les allées du parcs de Branféré sont remplies d’animaux en semi-liberté. Le visiteur croise les animaux sans les déranger, en parfaite osmose. ©Zooactu

Après presque 20 ans à en profiter à titre privé, le couple ouvre son domaine au grand public en 1965. Suite au décès de Paul Jourde en 1986 et de sa femme en 1988, le parc est légué à la Fondation de France. Un cas unique en France.

Entre les années 1990 et 2000, le parc zoologique et botanique se modernise et est l’un des premiers à offrir aux visiteurs un spectacle d’oiseaux en vol libre en 2002.

En 2004, Nicolas Hulot fait confiance au Parc de Branféré et implante la première Ecole Nicolas Hulot, un concept unique en France d’école de la nature qui fait toujours aujourd’hui l’une des particularités du parc zoologique du Morbihan.

En 2006 et 2015 naissent les deux grandes plaines du parc, la première dédiée à la faune africaine, la seconde à la faune asiatique.

Les animaux du Parc Zoologique de Branféré

Rares sont les parcs zoologiques qui ressemblent si peu à un parc animalier. Fidèle à la volonté de ses fondateurs, Branféré a gardé un état d’esprit « jardin d’Eden » où l’homme déambule entouré par la nature et la faune, sans déranger les animaux qui vivent – nombreux – en semi-liberté dans le domaine. Wallabys de Bennet, paons, cerfs muntjac, cerfs hydropotes, grues royales, grues de Mandchourie… mais aussi une centaine de maras, ces grands rongeurs d’Amérique du sud, se retrouvent réunis en osmose dans le Morbihan. Alors même que ces espèces vivent à l’état sauvage sur des continents différents !

Mais bien sûr, toutes les espèces présentées par le Parc de Branféré ne peuvent pas être en semi-liberté. Le parc est divisé en quatre grandes zones :

La vallée indienne

rhino unicorne branfere
Une des deux femelles rhinocéros d’Asie du Parc de Branféré. ©Zooactu

C’est la plus récente du parc. Depuis les passerelles, le visiteur peut apercevoir sur une gigantesque plaine (4 hectares) des rhinocéros indiens (deux femelles au moment de notre visite, le mâle étant décédé quelques mois auparavant) mais aussi des nigauts, des antilopes cervicapres et des cerfs de Duvaucel. Des animaux qui se déplacent en troupeaux et qui s’épanouissent dans cette belle vallée où la place ne manque pas. Un site dont le visiteur peut faire le tour ou bien rester à observer les déplacements des différentes espèces.

La plaine africaine

Près de la crêperie, vous pourrez contempler le troupeau de mâles girafes manger son foin placé en hauteur ou déambuler dans sa plaine de 5 hectares.

Mais comme souvent à Branféré, le maître mot est mixité des espèces ! Les girafes sont donc accompagnées de grands koudous, de zèbres, de pintades, de damalisques à front blanc – magnifique antilope peu connue – et bien sûr d’autruches ! Un couple d’oryx algazelle et son jeune était également présent dans la plaine au moment de notre visite, mais il sera transféré sous peu dans le nouvel espace dédié aux animaux du désert, qui verra le jour pendant l’été 2021.

oryx branfere
Les oryx de Branféré. ©Zooactu

L’archipel des primates

Dans la suite de votre visite, après avoir fait le tour des grandes plaines, découvrez les îlots réservés aux primates. Leur présence n’est pas une surprise puisque vous les aurez sans doute déjà entendu chanter depuis l’entrée du parc.

Le Parc zoologique de Branféré présente plusieurs espèces de gibbons : le siamang, le gibbon à favoris blancs et le gibbon à bonnet. La végétation naturelle du site couplée à quelques cordes et agrès offrent aux animaux de belles séances de déplacements et de balancés toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

primate branfere
Un gibbon du Parc de Branféré. ©Zooactu

Vous pourrez aussi apercevoir et entendre des singes hurleurs, des colobes guéréza et quelques représentants de lémuriens. Attention, certaines îles sont plus éloignés des autres. C’est le cas de celle des makis cattas plus proche de la sortie que des makis varis roux.

L’espace marin

A notre sens, l’espace le plus faible du parc, et pour cause, c’est sans doute celui le moins dans l’esprit Jardin d’Eden de Branféré. Bassin des manchots de Humboldt et vision sous-marine des phoques communs vous attendront là-bas. Un medical training des trois mammifères est également proposé aux visiteurs pour comprendre l’intérêt de la relation de confiance soigneur-animaux.

Mais à ces espaces marins, nous avons préféré le bassin des loutres cendrées, d’une belle surface, très authentique (tout de pierre, de végétation et d’eau saumâtre) et permettant de montrer les différents besoins de ces mustélidés très joueurs.

Les oiseaux de Branféré

Enfin, une mention spéciale aux oiseaux du Parc zoologique de Branféré. Ne vous fiez pas à la volière un peu vieillotte du début du parc. Qu’ils soient en semi-liberté et éparpillés dans tous le parc ou en enclos comme les flamants dont le site héberge plusieurs espèces, la belle diversité d’espèces ne pourra que plaire à un visiteur quelque peu curieux.

Il se dégage une grande sérénité de ces espaces où animaux sauvages et pensionnaires du parc se baignent, mangent et s’épouillent tranquillement.

Un spectacle d’oiseaux en vol libre est d’ailleurs proposé devant le château. Il présente des espèces qui ne sont par ailleurs pas visibles du public autrement. Nous vous conseillons donc fortement d’y assister.

Le Parc botanique de Branféré

Il serait injuste de parler du Parc de Branféré sans parler de l’environnement végétal du parc. C’est peu dire que les jardiniers du parc ont du mérite. Rarement, un parc zoologique et botanique n’a mieux porter son nom tant les couleurs, les formes, les hauteurs nous émerveillent.

Des variétés qui s’épanouissent en Bretagne comme les camélias, azalées, rhododendrons mais également des essences plus exotiques.

Enfin, impossible de ne pas parler du platane d’Orient de Branféré ! Classé « arbre remarquable », il aurait plus de 300 ans et mesurerait plus de 45 mètres d’envergure. Nous n’avons pas vérifié, bien sûr, mais on veut bien le croire tant cet arbre impressionne par son étendue et sa force.

arbre remarquable branfere
Le platane d’Orient de Branféré. ©Zooactu

Programme de conservation

Le Parc zoologique et Botanique de Branféré participe à plus de 35 programmes d’élevage en captivité (EEP). Parmi les espèces hébergées dans ce cadre, les rhinocéros d’Asie, les makis varis roux ou encore les hippopotames pygmées, dont Branféré a fêté la naissance d’une petite femelle en 2018.

Le parc animalier du Morbihan soutient aussi financièrement plusieurs ONG de protection ex-situ (dans le milieu d’origine des animaux). La très connue Save the Rhino, qui veille au rétablissement des populations de rhinocéros mais également le programme Rajako, pour la conservation des primates du monde entier et de leur habitat naturel.

Bon à savoir : toute l’année, 1% des ventes de la boutique de Branféré est reversé au profit du programme Rajako.

Le Parc de Branféré est également mécène depuis plusieurs années du Festival Photo La Gacilly, qui se déroule chaque année en plein air dans le Morbihan.

L’école Nicolas Hulot

Grande particularité du Parc zoologique de Branféré, il a été choisi par Nicolas Hulot pour y implanter sa première école de la nature.

Qu’est-ce qu’une école Nicolas Hulot ?

C’est un centre d’éducation et de sensibilisation destiné au jeune public de 5-17 ans. Il propose des séjours d’une semaine pendant les vacances de Pâques, d’été, et de la Toussaint. Des colonies de vacances, pourrait-on dire, mais qui s’appuient sur le parc de Branféré et dont le but est la découverte de la beauté et du respect de la nature locale comme exotique à travers le parc zoologique.

En dehors des vacances scolaires, l’école Nicolas Hulot est ouverte aux enseignants qui peuvent y organiser des classes vertes.

Une équipe pédagogique dédiée accompagne les enfants ou adolescents afin de les sensibiliser à la biodiversité.

Les services et activités annexes

Le Parc de Branféré dispose d’un Parcabout® : un impressionnant parcours aérien de filets installés entre 2 et 8 mètres de hauteur à travers la végétation. Une attraction plébiscitée en Bretagne puisqu’on en trouve aussi au Parc animalier du Quinquis et sur l’île de Groix.

parcabout branfere
L’entrée du Parcabout de Branféré. ©Zooactu

Installé en 2010 sur une superficie de 1500 m², le Parcabout de Branféré a entièrement été refait en 2018 pour s’étendre à présent sur 3500 m². De quoi ravir les personnes en manque de sensations fortes après une journée de visite au calme.

Outre cette spécificité, Branféré propose bien entendu les services habituels des parcs zoologiques : boutique souvenirs, pop corn pour les animaux, mini-fermes. Différents spots à travers le parc proposent de la restauration ou des rafraîchissements sur place ou à emporter et des grands espaces pique-nique sont accessibles à l’entrée du parc.

Pour les futurs soigneurs en herbe, vous trouverez bien sûr l’activité soigneur d’un jour disponible à partir de 8 ans.

Dernières actus du Parc de Branféré

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here