C’est une bien triste nouvelle qu’a partagée jeudi 26 septembre dans la soirée le ZooParc de Beauval sur les réseaux sociaux. Kuimba, l’une des deux femelles nées en captivité en France et relâchées en juin dans un parc national au Gabon, est décédée.

Gorille de Beauval morte au Gabon
Kuimba sur son île au Gabon, après sa réintroduction.

Cette opération soufflait un vent d’espoir sur le monde de la conservation des gorilles au Gabon. Malheureusement, « un processus de réintroduction n’est jamais sans risque : le monde sauvage est, par définition, dangereux. Même sur une île protégée, comme c’est le cas ici », rappelle le ZooParc de Beauval. Fin septembre, Kuimba, l’une des deux sœurs nées du mâle dos argenté Asato, est morte au Gabon.

Un décès encore inexpliqué

Pour l’instant, on ignore encore les causes du décès. « Les équipes sur place – une vingtaine de personnes – ont retrouvé Kuimba quelques heures après sa mort, lors d’un de leurs passages dans la zone de relâcher, raconte le zoo de Beauval. Une autopsie et différentes analyses, réalisées par un vétérinaire dépêché par la fondation Aspinall, nous permettront peut-être d’en savoir davantage sur les causes du décès dans les semaines à venir, mais pour le moment elles nous sont inconnues. »

Pourtant, tout semblait bien se dérouler depuis sa réintroduction en juin dernier. Kuimba et sa sœur Mayombé étaient suivies régulièrement à l’aide de caméras-pièges installées un peu partout dans la forêt, pour s’assurer de leur bon état de santé et de leur acclimatation progressive à leur nouvel environnement. « Nous les avons vues se servir aux différents points de nourrissage quelques jours encore avant sa mort », précise Beauval.

Réintroduction en zone protégée

Pour davantage de sécurité, les deux gorilles ont été relâchées dans une premier temps sur une île protégée, à l’écart des autres gorilles sauvages. Ce n’est qu’une fois qu’elles se seraient montrées prêtes qu’elles auraient rejoint le reste du groupe, dans le cœur du parc national des plateaux Batéké.

Orchestrée par la fondation Aspinall en collaboration avec Beauval Nature, cette initiative a pour but de réintroduire des gorilles dans la nature pour assurer un renouvellement des populations sauvages et rétablir l’espèce dans une zone d’où elle avait totalement disparu. Depuis sa création en 1989, une soixantaine de gorilles ont été relâchés. Pour la première fois en juin dernier, Aspinall travaillait avec un zoo français : le ZooParc de Beauval.

Pour Mayombé, pas de retour arrière, l’enjeu étant bien trop grand. « Le processus se poursuit pour elle, malgré la perte de Kuimba. D’après les dernières informations que nous avons reçues, son acclimatation se déroule sans encombre mais elle a été placée sous une surveillance accrue, par mesure de sécurité », souligne Beauval.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here