Parmi les métiers essentiels à la vie d’un parc zoologique, ceux des métiers de la communication sont très ambivalents. Pour le grand public, ils sont dans l’ombre. Pour nous autres journalistes, ils sont primordiaux. Une affiche à l’arrêt de bus ? C’est l’œuvre du service communication. Un flyer dans votre boîte aux lettres ? Le service communication. Un post sur les réseaux sociaux pour annoncer une naissance ? C’est encore eux.

Il ne suffit pas à faire la réussite d’un parc zoologique mais, sans lui, difficile pour un parc de faire venir assez de visiteurs pour être pérenne. Zoom sur ces métiers de la communication en parc zoologique avec Fabienne Dusser, chargée de communication du Safari de Peaugres depuis 2014 et Clément Leroux, directeur de communication et du marketing du Parc animalier de Sainte-Croix depuis 2010.

Une même mission mais des services de tailles différentes

La première chose à savoir, c’est qu’il n’y a pas deux services communication identiques dans les parcs zoologiques français. Pour les plus grandes structures, il s’agit d’un service dédié avec plusieurs salariés et chacun sa compétence propre. Au Parc animalier de Sainte-Croix par exemple, on compte un graphiste, un chargé de communication, une personne dédiée au social media management, un chargé de marketing et un responsable qui chapeaute l’ensemble. Cinq salariés donc, dédiés à la communication du parc zoologique qui enregistre la cinquième meilleure fréquentation de 2021. Mais quand il a commencé, Clément Leroux, directeur de communication et du marketing du Parc animalier de Sainte-Croix, était tout seul. C’est au fil des douze années passées au sein du parc qu’il a structuré et professionnalisé le service, qui a grandi en même temps que le parc zoologique.

Mais c’est loin d’être ainsi dans la plupart des parcs animaliers, dans beaucoup d’établissements, le responsable pédagogique assure également la communication ou bien le responsable commercial. A noter aussi que dans bon nombre de parcs, c’est le directeur ou le fondateur lui-même qui assure cette mission centrale.

A noter également, le rôle essentiel des agences externes ou des attachés de presse qui ne travaillent pas au sein même du parc mais qui constituent des maillons essentiels de la communication des zoos.

Le profil

chargée communication peaugres
Fabienne Dusser, chargée de communication du Safari de Peaugres lors d’une opération de street marketing à Montpellier. ©DR

Des communicants avant toute chose

A bas les clichés ! Pour devenir chargé ou responsable de communication au sein d’un parc zoologique, l’important n’est pas de s’y connaître dans le domaine animal : « Nous recrutons avant tout des communicants, pas des fans du parc », nous explique Clément Leroux. Une vérité que corrobore totalement Fabienne Dusser, chargée de communication du Safari de Peaugres : « Je ne regarde pas dans leur CV s’ils ont déjà eu une expérience avec les animaux. Je préfère quelqu’un qui ne fait pas de fautes d’orthographe à quelqu’un qui aime beaucoup les animaux. »

La polyvalence

Pour la chargée de communication du Safari de Peaugres, c’est la qualité la plus essentielle. Travailler dans un service communication de parc zoologique c’est avoir l’esprit d’entreprise, être prêt à mettre la main à la pâte pourrait-on dire : « Quand je vois qu’il y a trop de monde à la billetterie, je pars ouvrir une caisse, même quelques minutes seulement, ça me permet de réduire l’attente des visiteurs et c’est autant de mécontents de moins à gérer pour moi sur les réseaux sociaux ». Idem quand elle se déplace dans les allées du parc, Fabienne Dusser n’hésite pas à ramasser les quelques papiers qui traînent pour rendre l’expérience visiteur plus agréable. Ce n’est certes pas son rôle mais c’est une évidence pour cette salariée fidèle depuis huit ans au Safari de Peaugres, qui se définit elle-même comme une Ardéchoise de cœur, attachée à ses racines.

Une polyvalence mise en avant aussi en Moselle : « Une journée n’est jamais identique à une autre, explique le directeur de la communication de Sainte-Croix. Il faut être passionné et curieux, des gens mais aussi du métier, et être ouvert sur les autres ».

Que la structure soit familiale ou plus importante, avoir à cœur le bien-être des visiteurs et la réussite de leur expérience client est important dans ce milieu où les billets d’entrées et les réservations de séjour financent à eux seuls les parcs privés. « Une fibre d’attractivité », résume Clément Leroux.

Un rythme de travail variable

Nos deux professionnels de la communication font le même constat : ce n’est pas parce que le parc zoologique ouvre ses portes à 9h ou 10h pour les fermer à 18h que votre journée de travail sera aussi bien cadrée. Il faut être flexible, ce qui n’est pas toujours simple à gérer avec une vie de famille.

Travailler dans un service communication de parc zoologique, c’est donc être prêt à travailler le week-end ou bien tôt le matin et tard le soir. De façon exceptionnelle la plupart du temps, mais pas toujours. Par exemple, la chargée de communication du Safari de Peaugres travaille environ un week-end par mois pour participer aux animations durant lesquelles elle prend des photographies et tâte l’ambiance du jour, ce qui lui servira à écrire ensuite le texte pour un communiqué de presse ou une publication sur les réseaux sociaux. Une autre fois, le tournage d’une émission pour le Téléthon l’a obligée à rester sur site jusqu’à 23h pour être à nouveau à son poste dès 7h le lendemain pour la suite du tournage.

Une expérience partagée par Clément Leroux, pour qui un chargé de communication travaille en semaine par défaut mais est susceptible d’être appelé au parc animalier pour des événements le week-end et le soir, afin notamment d’accueillir la presse.

Le travail d’équipe

Le travail en équipe est primordial au sein des parcs zoologiques. Vous serez amené à travailler au quotidien avec la direction du parc, avec le chef animalier ou les soigneurs, ou encore avec le commercial du site. Pour Fabienne, le travail en symbiose avec les autres métiers du parc est inhérent à ce métier. D’ailleurs, au Safari de Peaugres, chaque cadre ou responsable de secteur envoie un mail en fin de journée au reste de l’équipe encadrante pour les tenir au courant. Une communication qui facilité beaucoup son quotidien : « Ainsi, s’il y a eu un incident avec un visiteur mécontent ou si une naissance a été célébrée, je le sais tout de suite ».

Ne sous-estimez pas non plus le contact que vous aurez avec le public : « C’est un métier dans l’ombre et malgré tout je suis dans la lumière puisque je passe à la télévision, à la radio, je participe à des réunions d’institutions publiques… », détaille Clément, directeur communication expérimenté.

Formation

Les métiers de la communication demandent un bagage technique qui peut être acquis sur le terrain, toutefois il sera compliqué de vous faire engager comme graphiste si vous n’avez pas une formation préalable. Le directeur de communication du parc lorrain insiste sur la technicité de la communication. « Il faut se remettre en question en permanence, les médias, la société ont évolué ».

Pour la chargée de communication de Peaugres, la formation en continu est également fondamentale, elle nous avoue d’ailleurs en réaliser une nouvelle chaque année pour continuer à parfaire ses compétences. Votre formation est donc un préalable mais pas un acquis sur lequel il faudra vous reposer une fois en poste.

Pour espérer intégrer le service communication d’un parc animalier, vous devrez donc témoigner sur votre CV d’une formation en communication, notamment digitale, voir de social media, même si comme le précise Fabienne Dusser « la communication/marketing, c’est avant tout du bon sens… »

clément Leroux
Clément Leroux, directeur communication et marketing du Parc animalier de Sainte-Croix.

Si Clément Leroux avoue recruter principalement des niveaux master 2, ce qui équivaut à bac+5, il n’est pas fermé au recrutement de personnes issues de DUT ou de licence : « Nous ne sommes ni contre les juniors ni contre les seniors, ce qu’il faut c’est avoir envie de partager le projet du parc, avoir un profil dynamique et positif qui saura s’adapter au parc ». D’ailleurs, lui-même est issu d’une filière universitaire. Clément Leroux a décroché une licence publicité et communication avant de commencer à travailler en agence web puis de devenir chargé de communication chez un annonceur, et responsable communication et marketing chez un négociateur de vin.

Pour sa part, forte d’un DEUG culture et communication, Fabienne Dusser a rejoint en 2014 le parc animalier ardéchois après 10 ans d’expérience comme journaliste pigiste pour un quotidien régional.

En plus des formations en communication proposées en école ou à l’université, une excellente orthographe et des compétences en PAO sont nécessaires pour la communicante du Safari de Peaugres.

Les missions au quotidien

Le but d’un service de communication est d’augmenter la notoriété de son établissement, faire venir les visiteurs au parc mais aussi de protéger l’e-réputation de l’établissement en veillant à ce que les visiteurs soient satisfaits.

Des postes qui ont beaucoup évolué

Que vous soyez chargé, responsable ou directeur de communication sachez que votre poste changera forcément au fil des ans. Nos deux témoins ont insisté sur ce point : leurs missions ont beaucoup évolué au fil des besoins de leur parc zoologique respectif et des opportunités. Si Fabienne Dusser a commencé par un mi-temps en charge des réseaux sociaux, elle est ensuite passée à plein temps et, à l’occasion du départ d’un collègue, a pris la tête des relations presse.

Aujourd’hui, nos deux professionnels de la communication nous révèlent avoir des missions très variées et en constante évolution. C’est d’autant plus vrai pour Clément Leroux qui est aussi en charge de la partie marketing du Parc animalier de Sainte-Croix.

La communication externe

Le cœur du métier d’un service communication est de faire connaître son produit. Dans le cas d’un parc animalier, la spécificité c’est qu’il s’agit de vivant ! Naissance, transfert, décès, animations saisonnières sont autant de temps forts à mettre en avant pour faire parler du parc.

Il y a deux types de communication externe :

  • à destination des particuliers, afin de leur donner envie de venir au parc zoologique, en produisant des supports de communication comme des flyers et en réalisant des achats d’espaces publicitaires sur différents supports notamment la presse papier ou le digital. La création d’un plan média est par ailleurs l’une des bases du métier,
  • à destination de la presse, des influenceurs et des institutions. Le but ? Qu’on parle du parc animalier pour faire monter sa notoriété.

Les relations presse sont une part importante des métiers de la communication. Elles consistent à rédiger des communiqués de presse, s’assurer de leur reprise dans les médias, répondre aux demandes d’interview ou de reportages que ce soit de la presse écrite, web, TV ou radio. Si parfois il suffit de faire l’intermédiaire avec la direction ou un salarié du parc, d’autres fois le chargé de communication devra se mouiller et accompagner le journaliste sur le terrainIl faut aimer le terrain autant que le bureau », explique Clément Leroux, qui a toujours des bottes et un parapluie dans son bureau si besoin.

Outre les relations avec la presse, la production de contenus est au cœur des missions du service communication d’un parc animalier : texte, photographie, vidéo et maintenant live Facebook ou Instagram, il faut « raconter l’histoire du parc et de ses animaux, rendre le parc plus humain et plus accessible », confirme Fabienne Dusser. Cela passe aussi par la mise à jour du sites internet et la création de newsletters destinées au public.

La gestion de l’e-reputation

Pour la chargée de communication du Safari de Peaugres, répondre aux avis Tripadvisor et autres sites où les particuliers peuvent noter les sites de loisirs est une part non négligeable de son métier, et particulièrement durant l’été où la fréquentation du parc animalier est très importante. « Il s’agit aussi de remettre un peu les choses dans l’ordre, parfois les visiteurs se plaignent de ne pas avoir vu tous les animaux dans le circuit voiture mais ils oublient qu’ils peuvent le refaire plusieurs fois ! »

Répondre aux avis négatifs permet de gérer son e-réputation et ainsi de ne pas laisser de fausses idées s’installer au sujet du parc zoologique comme par exemple que les animaux ne sont pas heureux, ou pas visibles.

Dans cette idée, la gestion des réseaux sociaux est fondamentale pour tout service communication. Créer des posts, répondre aux commentaires, gérer la communauté et faire monter le nombre d’abonnés au compte sont devenus des bases de la communication digitale. La preuve, Fabienne Dusser a beau n’être plus aux manettes des réseaux sociaux, elle a toujours « un œil dessus ».

La communication interne

La communication interne fait également partie des missions du responsable communication même si, d’après Clément Leroux, c’est la plus petite. Elle peut se matérialiser par une newsletter interne, des activités de team building ou bien la mise en place d’outils de suivi. D’ailleurs, que ce soit à Sainte-Croix ou à Peaugres, les grandes décisions sont prises collégialement.

C’est pourquoi nos deux experts sont globalement contre le télétravail dans les métiers de la communication. « En tout cas pas à 100 %, modère Clément Leroux. Le cœur du métier est sur le parc, le télétravail est intéressant en ce qu’il permet de travailler plus en profondeur, d’être moins sollicité. Cependant, on travaille avec du vivant, il faut vivre Sainte-Croix de l’intérieur pour bien savoir en parler. »

Un avis partagé par la chargée de communication du Safari de Peaugres : « On a besoin de savoir ce qu’il se passe, d’être au cœur du parc. Et puis, quand on est communicant, c’est qu’on aime parler avec les gens, que ce soit les visiteurs ou les collègues, le télétravail c’est contraire à la nature de notre métier ».

L’événementiel

Que ce soit au sein du parc ou en dehors, la communication passe aussi par la participation à des événements, en tant qu’invité ou organisateur. Le plus souvent, il s’agit d’événements à l’initiative de la région ou de l’office du tourisme dont le but est de faire découvrir les sites à potentiel touristique. Mais il arrive aussi que les parcs zoologiques deviennent organisateurs d’événements. Ainsi, le Parc animalier de Sainte-Croix a organisé en 2021 les premiers entretiens de la biodiversité du Grand Est. Au programme : tables rondes, conférences, mais aussi des stands et des animations. Le rôle du service communication est alors autant dans l’organisation de l’événement que dans sa mise en avant.

Perspectives d’évolution

Les métiers de la communication comportent plusieurs échelons :

  • assistant communication,
  • chargé de communication,
  • responsable communication,
  • directeur communication.

En général, votre titre dépend du nombre d’années d’expérience mais aussi du nombre de personnes que vous encadrez, bien qu’il ne soit pas rare de rencontrer des responsables seuls dans leur service !

Toutefois, ne voyez pas une signification trop importante à ces titres. Fabienne Dusser par exemple est chargée de communication mais elle travaille directement sous la direction d’une assistante de direction et de la directrice du parc, il n’y a ni responsable, ni directeur de communication. En revanche, lorsque comme Clément Leroux le poste comporte une dimension managériale, on portera plus facilement les titres de responsable ou directeur.

Les perspectives d’évolution sont nombreuses dans ces postes, passer de la communication au marketing, cumuler les deux fonctions, passer de la communication au commercial ou encore de la communication au service pédagogie ou médiation scientifique…Autant de passerelles possibles entre les différents métiers encadrants d’un parc zoologique. Toutefois, chacun demande des connaissances propres, c’est d’ailleurs ce qu’explique Fabienne : « Le poste se développe en fonction des envies mais aussi des compétences ».

Citons par exemple le parcours de Marie Demoulin, du Parc Animalier d’Auvergne. Elle a intégré en 2018 le parc zoologique comme responsable communication après un stage en tant que chargée de communication. Après deux ans et demi, elle est passée responsable de la communication et du développement commercial avant de devenir aujourd’hui directrice adjointe du parc animalier aux côtés de Pascal Damois, directeur et co-fondateur du Parc Animalier d’Auvergne.