Le magazine a diffusé dimanche 21 juillet 2019 un reportage inédit sur les zoos et leurs stratégies pour satisfaire un public de plus en plus en demande de bien-être pour les animaux. Voici le résumé.

Capital les nouveaux zoos

« Plus naturels et plus spectaculaires : les nouveaux zoos, stars de l’été ». Tel était le thème de l’émission Capital de ce dimanche 21 juillet, diffusée sur M6 en première partie de soirée. Les équipes ont tourné pendant six mois dans cinq zoos répartis aux quatre coins de la France et qui comptent parmi les plus fréquentés :

  • le Zoo de la Flèche ;
  • le Parc des Félins et Terre de Singes ;
  • le PAL ;
  • Planète Sauvage.

Au programme, enquêter sur les nouveautés mises en place par ces établissements pour attirer toujours plus de visiteurs.

Nouveaux enclos et aménagements

Parmi les exigences qui montent du côté des visiteurs des zoos se trouvent le bien-être animal. Loin du public des premières heures uniquement intéressé par le divertissement, les personnes qui se rendent au zoo aujourd’hui – environ 20 millions de personne chaque année – se montrent plus concernées par les conditions de vie en captivité de ces pensionnaires.

Raison pour laquelle les zoos rivalisent d’investissements et d’ingéniosité pour bâtir de nouveaux enclos les plus proches possibles des milieux naturels dans lesquels vivent les animaux.

Le Zoo de la Flèche a ainsi investi 1 million d’euros pour construire un bassin de 12 mètres de long avec vision sous-marine pour ses tigres. Le tout dans un nouvel espace de 2,5 hectares. La direction du parc espère ainsi attirer 15 000 à 20 000 visiteurs supplémentaires cette année.

Le PAL a quant à lui mis 750 000 euros sur la table pour sa forêt des loups, d’une superficie de 1 hectare. Pour satisfaire au mieux les visiteurs et leur offrir une vision directe sur les loups, le parc de l’Allier a construit plusieurs points de vue, dont une passerelle à 350 000 euros pour surplomber l’enclos. Il s’est également séparé de ses loups européens, très craintifs et donc plus difficiles à observer, et les a remplacés par des loups du Canada.

Installer les animaux dans d’immenses enclos au plus près de leur environnement naturel, le Parc des Félins en a fait l’une de ses marques de fabrique. Ce zoo situé en région parisienne et dirigé par Patrick Jardin est en effet réputé pour ses vastes enclos où l’aide d’un fin observateur est souvent nécessaire pour trouver où se cachent les félins. Pas loin de là, un deuxième site a ouvert, cette fois dédié aux singes. Tous les primates vivent en semi-liberté, en immersion totale avec les visiteurs. Un pari audacieux !

Les naissances, moteur d’attraction des zoos

Si l’aménagement d’enclos grands et naturels comptent pour les visiteurs, les naissances les encouragent bien souvent à se déplacer en masse. Et cela, les zoos l’ont bien compris. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à largement diffuser les nouvelles naissances, en jouant sur la corde sensible du public.

A Planète Sauvage, la naissance de deux oursons noirs a été suivie de près par les équipes de communication du parc. Chercher à capter les instants mignons dans l’espoir de faire venir de nouveaux visiteurs supplémentaires ou encore faire choisir les prénoms de deux petits font partie des stratégies employées par le zoo pour fédérer la communauté d’internautes et toucher le maximum de personnes sur la Toile.

En ce qui concerne les deux oursons, la stratégie s’est révélée payante : environ 600 internautes ont participé au vote pour choisir leurs prénoms, Lucky et Maska.

L’hébergement en lodges, une pratique qui monte

Autre axe développé par certains zoos pour conquérir de nouveaux clients, la multiplication de services inédits. Ce sont par exemple des visites guidées nocturnes, VIP, proposées au PAL. Ou encore la possibilité pour les visiteurs de dormir sur place. Et pas n’importe comment : en tête à tête avec les animaux du zoo.

C’est ce que l’on appelle des lodges : des hébergements grand confort, reprenant souvent un design nature avec des matériaux comme le bois et la pierre. A l’intérieur, des grandes baies vitrées donne une vision panoramique sur l’un des enclos du parc, comme celui des guépards, des ours, des makis cattas ou bien des loups.

Au Zoo de la Flèche, les 14 lodges ramènent 3 millions d’euros de chiffre d’affaires chaque année avec des taux de remplissage à 100 %. Le lodge donnant sur l’enclos de l’ours polaire est particulièrement prisé et réservé des mois à l’avance. Face à cette demande croissante, l’établissement a démarré la construction de quatre lodges supplémentaires, prévus pour cet été.

A Planète Sauvage, aussi, la construction de lodges a été au programme de l’année 2019. Une première pour ce parc. Ces hébergements tout juste inaugurés début juillet sont facturés à partir 200 euros par personne et par nuit et offriront une vue sur la plaine africaine où vivent pélicans, autruches, girafes et autres watussis.

*Revoir l’émission de Capital en replay

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here