Kulans, takins, pandas roux… Depuis deux ans, le parc d’Ardes-sur-Couze enchaîne les grandes premières du côté des naissances. Prochain défi : réussir à reproduire le couple de panthère des neiges. Les explications de Wouter Pieters, vétérinaire au Parc animalier d’Auvergne.

Les naissances dans les parcs animaliers, c’est un sujet qui ne se prend pas à la légère car elles représentent un véritable enjeu auprès du public qui en raffole, mais aussi en termes de conservation. En particulier lorsque le parc en question participe à un programme d’élevage, comme c’est le cas du Parc animalier d’Auvergne. Sur les 70 espèces présentées, 45 font l’objet d’un programme européen d’élevage (EEP) supervisé par l’Association européennes des zoos et aquariums (EAZA). Et plusieurs ont l’accord du coordinateur EEP pour la reproduction. Mais certaines espèces sont plus difficiles que d’autres à reproduire.

Premières naissances chez les kulans et les takins

« En moyenne, nous avons une trentaine à une cinquantaine de naissances par an au total. Avant, c’était toujours les mêmes espèces qui se reproduisaient, c’est-à-dire celles qui sont faciles à reproduire comme par exemple les bouquetins des Alpes et les chamois, ou encore les animaux de la ferme pédagogique. Mais les animaux un peu phares, les espèces en danger, ne se reproduisaient pas tellement jusqu’à l’année dernière », raconte Wouter Pieters, vétérinaire au Parc animalier d’Auvergne.

Heureusement, la donne a changé. « Pour la première fois, nous avons des naissances chez les takins et chez les kulans, ce que nous considérons comme une grande réussite », poursuit le vétérinaire. Une petite femelle takin, Thimphou (capitale du Bhoutan), a en effet vu le jour le 24 mars, en plein confinement !

Grande première également avec l’arrivée le 1er mai du bébé kulan, baptisé Altaï en l’honneur des montagnes de l’Altaï au Kazakhstan, où un programme de réintroduction de l’espèce est en cours.

D’autres naissances ont encore eu lieu chez les cerfs de Thorold, les loups du Canada, les tahrs de l’Himalaya, les alpagas, les makis catta, les coendous du Brésil ou encore les urials.

Deuxième portée du côté des pandas roux

Une bonne nouvelle supplémentaire est par ailleurs venue ravir les équipes du parc en 2020 : la naissance de deux bébés pandas roux – un mâle baptisé Hima et une femelle, Laya, en référence à leur milieu naturel.

En revanche, il ne s’agit pas d’une grande première comme pour les kulans et les takins. Pour la femelle Mushu, arrivée au Parc animalier d’Auvergne en janvier 2019 dans le but de former un couple reproducteur avec Ibet, il s’agit en effet de sa deuxième portée.

L’an dernier, cette femelle originaire de la Réserve de la Haute-Touche a en effet eu son tout premier petit au sein du parc auvergnat le 9 juin 2019 : une femelle prénommée Shifumi. Comme c’est fréquent chez les pandas roux, la gestation de la femelle n’a jamais été établie avant la naissance, alors pour les soigneurs de Mushu, c’était une vraie surprise et une grande première pour le parc.

Prochain défi : réussir la reproduction des panthères des neiges

Désormais, tous les yeux sont rivés sur le jeune couple de panthères des neiges. « Nous avons l’autorisation du coordinateur pour avoir une portée. Depuis deux ans, nous observons des accouplements, mais nous n’avons pas encore vu de signes de gestation, poursuit le vétérinaire. Si cette année est un nouvel échec, je procéderais à des contrôles de semence chez le mâle et des échographies chez la femelle pour déterminer si un des deux, ou bien les deux, sont stériles ou ont un autre souci qui les empêchent de se reproduire. »

En fonction de ces résultats, le coordinateur EEP pour la panthère des neiges devra alors décider si le couple reste au Parc animalier d’Auvergne ou si l’un des deux devra partir et être remplacé par un autre individu.

« Ce sont des couples jeunes, inexpérimentés, nouvellement formés… Je nous laisse encore un peu temps et d’ici quelques années, nous réussirons à reproduire toutes ces espèces », assure Wouter Pieters, confiant.

Découvrez les coulisses des zoos et parcs animaliers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here