Il y a des anniversaires qui marquent plus que d’autres. La dixième bougie que souffle Biotropica, ce mercredi 7 septembre 2012, est en un. C’est aussi l’occasion de revenir sur ces dix années à accueillir de nouvelles espèces, ouvrir de nouveaux espaces, en aménager d’anciens pour plus de bien-être animal, et réussir la reproduction d’animaux rares et menacés. Entretien avec Laetitia Lassalle, assistante de direction zoologique du parc.

Comment est né Biotropica ?

« A l’origine, tout est parti de la volonté de Thierry et Anne Jardin, les propriétaires du Cerza, de créer une serre tropicale. La question s’est alors posée de créer cette serre dans l’enceinte du Cerza ou sur un autre site. Finalement, pour des questions de prix de visite, il a été choisi de créer un nouveau parc. Celui-ci a ouvert ses portes au public le 7 septembre 2012, dans la base de loisirs de Léry-Poses, à Val de Reuil, dans l’Eure. »

Quels étaient les tout premiers pensionnaires ?

« A l’ouverture, Biotropica était une serre tropicale de 5000 mètres carrés dans laquelle évoluaient des faux gavials d’Afrique, des alligators, des piranhas, des chauves-souris et des tortues géantes, des loriquets arc-en-ciel, des tamarins empereurs, des grenouilles, des phasmes… Et puis, il y avait déjà une partie extérieure avec des wallabies, des pélicans et une mini-ferme. »

Quelle naissance a particulièrement ému les équipes de Biotropica ?

Bassin des faux gavials à Biotropica
Bassin des faux gavials à Biotropica.

« Chaque soigneur aurait bien évidemment une réponse différente à cette question. Mais les naissances les plus marquantes et les plus émouvantes ont été, sans aucun doute, celle de Flash, le paresseux que nous avons élevé au biberon. Il y a aussi celle des faux gavials d’Afrique – espèce en danger critique d’extinction pour qui Biotropica est à ce jour l’un des seuls parcs européens à réussir la reproduction – ou encore la naissance du tout premier bébé coendou et du tout premier bébé tamandua, qui ont été les premiers bébés à naître dans des parcs zoologiques français pour chacune de ces deux espèces. »

Quelle espèce accueillie à Biotropica est la plus compliquée à gérer ?

« Les tamanduas et les fourmiliers sont des animaux délicats du fait de leur alimentation. Mais le dragon de Komodo et les crocodiles sont pas mal non plus, en raison de leur dangerosité ! »

Dragon de Komodo à Biotropica
Dragon de Komodo.

Quelle espèce aimeriez-vous voir un jour à Biotropica ?

« Là encore, je pense que chaque soigneur aurait sa propre réponse. A titre personnel, il y a beaucoup d’espèces que j’aimerais pouvoir voir un jour à Biotropica, pour diverses raisons. Parce qu’elles me fascinent, qu’elles sont peu connues des visiteurs, peu représentées en parcs zoologiques ou menacées de disparition. Pour en citer quelques-unes, il y a les loutres géantes, les Jabirus, les Bec-en-sabot du Nil, les paradisiers ou bien encore les kinkajous, les dendrolagues et pourquoi aussi des primates comme les sifakas (ou propithèques). »

A quelles nouveautés peut-on s’attendre très bientôt ?

« La prochaine grande nouveauté est actuellement en cours de travaux : il s’agit du bassin des piranhas qui, une fois terminé, pourra accueillir près d’un millier de ces poissons emblématiques. Puis, ce sera au tour des rats taupes nus d’être présentés. Ils devaient déjà l’être depuis un moment, mais les différentes fermetures liées au Covid nous ont forcés à choisir entre différentes nouveautés pour des questions de budget. »

Serre tropicale Biotropica
Serre tropicale.

Grandes dates de Biotropica

  • 7 septembre 2012 : ouverture au public,
  • printemps 2014 : inauguration du jardin d’Asie avec l’arrivée des pandas roux,
  • 2015 : création de la crique des manchots avec un grand bassin en aquavision pour observer les manchots de Humboldt ; naissance du tout premier bébé paresseux de Biotropica. Depuis, sept bébés de cette espèce sont nés dans le parc,
  • 2016 : ouverture de la brousse africaine avec ses guépards et ses suricates,
  • 2018 : arrivée du dragon de Komodo,
  • 2019 : les jeunes gavials du Gange, très menacés, remplacent les pythons de Birmanie ; arrivée des musaraignes-éléphants, espèce méconnue et unique en France,
  • 2022 : inauguration de la pampa des tamanoirs.

Découvrez les coulisses des zoos et parcs animaliers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here