A 33 ans, Cédric Zanello est à la fois soigneur animalier au secteur félin du ZooParc de Beauval mais également président d’une toute jeune association – Des Félins pour Demain – qui tente de secourir les fauves de parcs zoologiques en détresse. Retour sur son parcours et sur les débuts de cette toute jeune association.

Des petits boulots au métier de soigneur animalier

Le parcours de Cédric Zanello débute à Bruxelles. Adolescent, il n’est pas très attiré par l’école qu’il quitte à 16 ans pour commencer à travailler de petits boulots en petits boulots. « Par la suite, je crois que le fait d’avoir de l’expérience hors cadre animalier, une expérience du travail à l’usine notamment, m’a aidé », nous explique-t-il.

En 2010, alors qu’il est devenu responsable d’un supermarché à l’âge de 22 ans – un aboutissement pour certains – le jeune Belge se remet en cause : « je me demandais si vraiment j’allais faire ça toute ma vie. Il me manquait du piment dans mon quotidien ». Cédric décide de faire une pause et de partir un mois au Japon pour se recentrer sur lui.

Pendant ce voyage, le futur fondateur des Félins pour Demain prend conscience de son envie profonde de travailler avec les animaux. « Ils m’attirent depuis tout petit. En fait, le premier métier que j’ai voulu faire, c’était vétérinaire parce que j’avais la passion des dauphins. Tout ça est remonté à la surface pendant ce voyage. »

A son retour sur le sol belge, Cédric Zanello découvre le métier de soigneur animalier. Problème, en Belgique il ne trouve pas de formation dédiée à ce métier. « Ma seule option c’était la formation à distance proposée par l’IFSA, la France me paraissait beaucoup trop loin pour y entreprendre une formation. » C’est pourtant dans notre pays qu’il ira effectuer son premier stage en juillet 2010, au secteur herbivore du Zoo d’Amnéville, la découverte du terrain durant deux semaines. « Un mois après mon stage, le Zoo d’Amnéville me rappelait pour me proposer un CDD de 6 mois au secteur fauve. »

Une chance inouïe de reconversion tandis que beaucoup d’aspirants au métier de soigneurs animaliers ne se voient proposer que des stages. « J’ai conscience d’avoir eu beaucoup de chance, je leur ai d’ailleurs demandé plus tard pourquoi ils m’avaient rappelé si vite et on m’a dit « tu savais travailler, tu n’avais pas peur d’enchaîner ». Avoir déjà été dans le monde du travail m’a aidé à adopter le rythme soutenu du métier. »

Du zoo d’Amnéville au ZooParc de Beauval

fondateur des felins pour demain
Cédric Zanello, soigneur animalier au secteur félin du ZooParc de Beauval mais également président Des Félins pour Demain.

Finalement, Cédric Zanello restera en tout six ans dans le zoo situé près de Metz, puisqu’après le stage et le CDD, le parc lui propose un CDI. C’est alors la genèse du projet Tigerworld. « A partir de l’été 2014, j’ai travaillé à plein temps sur le spectacle. C’était une période enrichissante mais très stressante, le démarrage d’un projet énorme dans des infrastructures incroyables. » Une période intense dans sa vie personnelle aussi, puisque Cédric fête également l’arrivée d’un enfant.

En 2016, le soigneur belge quitte Amnéville et Tigerworld, ne s’épanouissant plus dans ce projet. « J’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi, je me suis demandé si je préférais finalement travailler in-situ ou en parc zoologique. J’ai voyagé au Costa Rica, au Brésil, en Australie mais j’ai senti que ce n’était pas le bon moment pour moi. Finalement, en 2018, le ZooParc de Beauval m’a appelé et m’a proposé un poste au secteur carnivore que j’ai accepté. »

Un CDD de six mois, suivi encore une fois d’un CDI, son poste actuel aujourd’hui.

Création de l’association Des Félins pour Demain

C’est en novembre 2020 que Cédric Zanello a un déclic, en regardant un reportage sur les lions en milieu sauvage. « Je me suis demandé comment on avait pu arriver à moins de 20 000 lions dans la nature, j’ai décidé de faire quelque chose. » Avec son épouse, ils décident de créer leur association appelée Des Félins pour Demain qui, dans un premier temps, consiste à sensibiliser le public sur le sort des félins au travers de fiches explicatives sur une page Facebook.

Très vite, le couple veut aller plus loin, être actif sur le terrain. Le soigneur de Beauval décide de rentrer en contact avec d’autres associations dans le besoin afin de leur venir en aide. « J’ai contacté en décembre 2020 l’Association pour la Protection de la Faune et de la Flore au Burkina Faso (APFFBF) dirigée par Shanaz Husseini. Elle tente de secourir des félins laissés à l’abandon au Parc animalier de Ziniaré, près de Ouagadougou, et vient plusieurs fois par semaine nourrir les lions. »

La première mission de l’association

Une rencontre qui donne du sens à la création Des Félins pour Demain puisque dès lors, les deux associations vont œuvrer ensemble : aide financière, soins vétérinaires, gestion sur le terrain. Mais l’aide à distance ne suffit plus. L’état de plusieurs lionnes nécessitent l’intervention d’un vétérinaire de la faune sauvage. Cédric entreprend alors toutes les démarches pour monter une mission sur place. « J’ai contacté la presse pour faire connaître notre projet, et France 3 région a réalisé un article sur nous. » Sa publication permettra la mise en relation avec Jean-Marc Breheret, président de Leoplanet, qui s’engage à financer une grande partie de la mission. Ne reste plus qu’à trouver un vétérinaire partant pour l’aventure et à financer l’achat de matériel. C’est chose faite en la personne d’Alice Brunet, vétérinaire de la Réserve de la Haute-Touche, qui accepte d’accompagner bénévolement Cédric et qui liste l’ensemble de ses besoins pour aider les lionnes sur place.

Et ce nécessaire médical (médicaments, gants, etc.), c’est Baptiste Mulot, vétérinaire et directeur de la recherche du ZooParc de Beauval, qui accepte de lui fournir. « Baptiste était très enthousiaste, il nous a donné plus que ce qui était sur la liste, de quoi faire du stock ! »

Du 6 au 12 octobre 2021, Cédric Zanello se rend donc au Burkina Faso et aide à soigner les lionnes mais également d’autres animaux dans le besoin. « A mon retour j’étais assez ému, mais aussi un peu paumé, je me suis dit « et après ? »

intervention sur une lionne burkina faso
L’équipe Des Félins pour Demain et de APFFBF en intervention sur une lionne.

Les projets Des Félins pour Demain

Toutefois, le fondateur Des Félins pour Demain sait dorénavant dans quelle direction aller avec les sept autres membres de l’association. « Le but, c’est de devenir les « Avengers » du monde zoologique : former une équipe de professionnels pour aider les zoos à l’abandon, certains à travers le monde sont dans une galère pas possible. » Un concept qui lui permet de rester dans son domaine de compétence, le soin animalier, sa mission au quotidien.

Leur prochain projet devrait les conduire au Yemen, où la guerre civile a mis en difficulté deux parcs zoologiques, celui de Taïz et Ibb. « Un de leur grand problème, c’est la surpopulation qu’ils n’arrivent plus à gérer. Des lions s’enfuient de leur enclos, puis sont abattus à cause d’infrastructures inadaptées. On va mettre au point un accord pour refaire l’enclos et transférer des animaux dans des parcs nationaux, peut-être au Ghana, où nous sommes en contact avec un wildlife manager qui cherche à repeupler des parcs nationaux. »

Redonner une seconde chance à deux panthères d’Arabie et cinq lions de l’Atlas… Voilà le projet 2022 Des Félins pour Demain !

D'autres articles de la catégorie Conservation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here