Une nouvelle étape est franchie dans l’engagement des parcs zoologiques français dans la conservation animale. De nombreux parcs possèdent leur propre fonds de dotation ou association de conservation ce qui leur permet de soutenir financièrement ou logistiquement des ONG in-situ, c’est-à-dire sur le terrain. Mais Beauval Nature franchit aujourd’hui une nouvelle étape en reprenant la gestion en propre de Help Congo, une association qui vient au secours des chimpanzés.

Beauval Nature et Help Congo : plus qu’un soutien, une gestion directe

« Avec Rodolphe et Éric, nous revenons du Congo, et avons pris toute la mesure de l’ampleur de la tâche qui nous attend », explique Delphine Delord, vice-présidente de Beauval Nature et co-directrice avec son frère du ZooParc de Beauval, dans un communiqué de presse.

L’association Beauval Nature pour la Conservation et la Recherche créée en 2009 annonce la reprise de la gestion du programme Help Congo. Une première en France pour un parc animalier, même si d’autres parcs, comme le Bioparc de Doué-la-Fontaine notamment, sont très impliqués, financièrement et même logistiquement sur le terrain. Pierre Gay, fils du fondateur du Bioparc et co-directeur actuel, est par exemple très engagé dans la réintroduction des ibis chauves en Andalousie ainsi que la sauvegarde des girafes du Niger aux côtés de l’ASGN, l’Association pour la Sauvegarde des Girafes du Niger.

Mais qu’un parc zoologique reprenne les rênes d’une ONG et ne se contente pas de la subventionner est une première à notre connaissance. Et pas n’importe quelle association : il s’agit de Help Congo, une organisation qui recueille et réhabilite les chimpanzés orphelins au Congo.

« Nous sommes très heureux de reprendre la gestion du programme de conservation des chimpanzés Help Congo, situé au cœur du parc national de Conkouati-Douli. […] C’est un formidable défi à relever et un honneur pour notre association que de le reprendre en vue de le développer. »

Bien entendu, Delphine et Rodolphe Delord n’abandonnent pas leurs postes au ZooParc de Beauval même s’ils deviennent présidents de l’ONG. La direction opérationnelle sur place est confiée à Heather Vadek, tandis que Eric Bairrao-Ruivo, directeur sciences et conservation de Beauval, devient le nouveau directeur de Help Congo.

Qui est Help Congo ?

C’est la Française Aliette Jamart, habitante à Pointe Noire en République du Congo, qui a créé Help (pour Habitat Ecologique et Liberté des Primates) Congo en 1990 afin de secourir les chimpanzés orphelins, victimes du braconnage. En 1991, le gouvernement fait don d’îles à l’association pour qu’elle puisse réintroduire les animaux. Ces sites s’agrandiront avec le Sanctuaire de Conkouati et le Triangle, une zone forestière au sein du Parc National de Conkouati-Douli également mise à disposition par l’Etat, ce qui permettra à Help Congo de réintroduire plus d’une cinquantaine de chimpanzés. Les animaux qui ne sont pas habilités à être relâchés (trop proches de l’homme, trop âgés, etc.) vivent en liberté sur les îles de la lagune du parc, où ils sont nourris quotidiennement.

chimpanze help congo
Les chimpanzés que Help Congo nourrissent quotidiennement. © Beauval Nature

Mais comme dans toutes les forêts africaines, le Parc National de Conkouati-Douli abrite une biodiversité exceptionnelle : « De nombreuses autres espèces [NDLR : que le chimpanzé] sont présentes dans ce sanctuaire de 3000 hectares niché au coeur de cette immense réserve et Beauval Nature entreprend déjà de développer plusieurs programmes spécifiques pour certaines d’entre elles, comme le léopard. »

Maintenant âgée, Aliette Jamart se retire donc de la gestion opérationnelle de l’œuvre de sa vie et en confie la gestion à Beauval Nature.

Les futurs projets de Help Congo sous l’égide de Beauval Nature

Si Delphine et Rodolphe Delord reprennent la tête de l’ONG, ils ne poursuivront pas tout à fait les mêmes missions que celles débutées par Aliette Jamart. Dans une offre d’emploi pour recruter le ou la futur(e) responsable scientifique de Help Congo, Beauval Nature indique plus précisément ses projets :

« L’association reprend le programme avec une nouvelle vision orientée sur la conservation et la recherche, tout en gardant la responsabilité des animaux présents au sanctuaire jusqu’à la fin de leur existence, mais sans en recueillir de nouveaux. »

L’association financée par le parrainage des animaux du ZooParc de Beauval mais aussi par des dons de particuliers et des mécénats d’entreprise, ambitionne de développer plusieurs programmes de sauvegarde dédiés à la faune du parc national.

Tout d’abord, un recensement de la biodiversité du parc (léopards, éléphants de forêts, gorilles, lamantins, aigles, calaos, tortues Luth) sera réalisé avant de mettre en place des programmes de recherche, d’effectuer des suivis de population et de procéder à des réintroductions si l’occasion se présente. Enfin, le ou la futur(e) responsable scientifique de Help Congo devra également développer des programmes éducatifs et des projets d’écotourisme, comme celui en place avec Saiga Voyage nature.

« Il s’agit d’étendre le programme de conservation des chimpanzés à l’origine d’Help Congo à un projet bien plus vaste de conservation de la biodiversité sur l’ensemble du parc », précise Beauval Nature dans son communiqué.

Sous l’égide de Beauval Nature, Help Congo ne recueillera donc plus de chimpanzés orphelins pour les réhabiliter à la vie sauvage mais élargira son champ d’action à la protection de la biodiversité du site dans son ensemble.

D'autres articles de la catégorie Conservation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here