Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 mai dernier, des individus ont pénétré dans l’enceinte du célèbre zoo de Beauval situé à Saint-Aignan-sur-Cher, dans le Loir-et-Cher, et ont emmené 17 singes menacés.
Tamarin et ouistiti volés à Beauval
Les singes en question sont sept tamarins lions dorés et dix ouistitis argentés, des espèces en danger dans leur habitat naturel, dont la présence en parc zoologique est contrôlée par des programmes d’élevage internationaux. Les singes volés à Beauval faisaient partie de ces programmes de reproduction et leur disparition pourrait être très préjudiciable à la protection de l’espèce.

En effet, le tamarin lion doré, Leontopithecus rosalia de son nom latin, était classé en danger critique, le dernier stade avant l’extinction d’une espèce, par l’UICN (Union Internationale pour la conservation de la nature) de 1996 à 2003. Sauvé grâce à la reproduction en parc zoologique, le tamarin lion doré est passé au statut « en danger » en 2003 après des années d’effort de scientifiques du monde entier. L’espèce est d’ailleurs devenue emblématique du rôle des parcs zoologiques dans la protection des espèces menacées.

#RendezLesSingesDepuis l’annonce de la nouvelle par le directeur du zoo, Rodolphe Delord, le fils de la fondatrice de Beauval, on assiste à un phénomène de soutien massif sur les réseaux sociaux. Sur twitter notamment, un hashtag #rendezlessinges a été créé et est parmi les plus tapés moins de 24h après l’annonce des faits. Certains sont même allés jusqu’à détourner l’alerte enlèvement traditionnelle.

Les passionnés d’animaux, visiteurs ou non du zoo de Beauval, sont choqués par ce vol qui n’a sans doute pas d’autre but que la revente de ces animaux à quelques collectionneurs fortunés…

Cet acte, heureusement extrêmement rare dans les zoos, rappelle combien le braconnage et le marché noir menacent chaque jour de nombreuses espèces dans le monde, jusque dans les parcs animaliers !

Fondé en 1980 par Françoise Delord, le Zoo Parc de Beauval présente plus de 6 000 animaux dont certains exclusifs en France, comme les célèbre pandas chinois. Souvent évoqué pour ces innovations commerciales, le parc a créé l’association « Beauval Nature » afin de développer et encourager la préservation de la biodiversité du monde entier.
Enclos des tamarins à Beauval

D'autres articles de la catégorie Faits divers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here