Le larcin s’est déroulé dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 novembre 2015. Des individus se sont introduits dans l’enceinte de la Ferme aux Crocodiles, dans la Drôme, et se sont emparés d’un des 4 varans de Komodo.
Vol d'un varan de Komodo

Comment ont procédé les malfaiteurs pour voler le dragon de Komodo ?

Selon les premiers éléments fournis par la Ferme aux Crocodiles, les malfaiteurs ont profité de la nuit pour s’introduire dans le parc. Une fois dans l’enceinte, ils ont forcé plusieurs cadenas pour atteindre l’enclos des varans de Komodo. Samuel Martin, le vétérinaire du parc, précise qu’il ne s’agit pas d’amateurs puisqu’un « linge humide » a été retrouvé sur les lieux. Ces tissus sont utilisés fréquemment dans la capture des grands reptiles. Projetés sur les yeux de l’animal, ils servent à le calmer et à l’apaiser avant une manipulation ou un acte de capture. Un seul dragon de Komodo a été volé. Il s’agit d’un jeune mâle âgé de moins de 3 ans et de 1m20 de long. Il est arrivé à la Ferme des Crocodiles en avril 2014, en provenance du zoo de Barcelone avec 3 autres congénères de la même portée.

Il semble également que les malfaiteurs étaient intéressés par un des crocodiles du Siam puisqu’un cadenas a également été forcé au niveau de leur enclos. Lors de leur intervention, ils ont déclenché une alarme, le gardien de nuit a immédiatement appelé la gendarmerie mais à son arrivée, il ne restait plus de trace du dragon ni de ses kidnappeurs.

Pourquoi s’en prendre à un varan de Komodo?

Plusieurs questions sont en effet en suspens. Pourquoi voler un varan ? Dans quel but ? A qui le crime pourrait-il profiter ? Selon le vétérinaire du zoo :

C’est soit l’œuvre d’un passionné, soit de quelqu’un qui a agi sur commande.

Cela rappelle malheureusement le vol de tamarins et de ouistitis dont a été victime un peu plus tôt dans l’année le zoo de Beauval. La recrudescence des vols dans les parcs zoologiques est un phénomène très inquiétant. La cible étant le plus souvent des espèces particulièrement menacées et difficiles à maintenir sans un environnement adapté et des soins journaliers. Certains des tamarins de Beauval étaient malades et sous traitement médicamenteux…

En ce qui concerne le dragon de Komodo, il aura besoin d’un terrarium s’approchant des conditions climatiques des îles d’Indonésie centrales dont il est originaire mais également d’une nourriture adaptée. S’il est maintenu dans de bonne conditions, il pourra atteindre jusqu’à 3 mètres de long pour 75 kg. De plus, les années de captivité ne lui retireront pas ses instincts de super prédateur. Dans son milieu naturel, le dragon de Komodo est au sommet de la chaine alimentaire. Patient et vif, le varan chasse à l’affût. Une seule morsure suffit à contaminer sa victime avec les bactéries présentes dans sa salive. Il suivra cette dernière à la trace pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’elle meure d’un empoisonnement du sang… Un animal tel que le varan de Komodo n’a donc rien à faire dans les mains d’un particulier.

La Ferme aux Crocodiles est le seul parc de France, avec le zoo de Thoiry, à présenter au public des dragons de Komodo. Une vingtaine de naissances ont par ailleurs été répertoriées en Europe entre 2013 et 2014.

D'autres articles de la catégorie Faits divers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here