Il s’appelait Sherkan. Comme le tigre du Livre de la Jungle et ennemi du héros Mowgli. Mais pour ses soigneurs ainsi que pour les habitués du ZooParc de Beauval, il était l’un des emblèmes du parc. Sa disparition, ce mercredi 9 septembre 2020, est synonyme de tristesse pour tout le monde.

Un état qui empirait depuis des semaines

Ce sont les équipes du zoo qui, après concertation, ont décidé de mettre fin aux souffrances du tigre blanc, âgé de 18 ans. « Une décision prise avec chagrin, mais une décision nécessaire », souligne le ZooParc de Beauval.

Car depuis plusieurs semaines déjà, Sherkan montrait des signes d’un état de santé qui décline. Comme de nombreux carnivores qui prennent de l’âge, le tigre blanc souffrait déjà depuis plusieurs années d’arthrose, « une maladie osseuse touchant toutes les surfaces articulaires et entraînant la destruction de l’articulation », rappelle le zoo de Beauval. Chez Sherkan, l’arthrose s’était développée jusqu’à atteindre sa colonne vertébrale et ses hanches. Résultat, le félin avait du mal à se déplacer.

Heureusement, les vétérinaires de Beauval le suivaient de près et lui administraient un traitement depuis 2015. « Au début par intermittence, puis progressivement de manière continue », précise l’établissement. Au cours de ces années de traitement, Sherkan a notamment reçu des corticoïdes, des antalgiques opiacés et de la gabapentine, un traitement pour les douleurs neuropathiques. « La plupart du temps, ces traitements lui ont été donnés par voie orale, sous forme de comprimés ou de sirops. De temps en temps, quand les crises étaient trop fortes et que Sherkan ne voulait pas manger, les traitements étaient administrés dans le muscle par fléchage », détaille Beauval.

Grâce à ces soins, Sherkan a vu son état s’améliorer pendant une longue période. Mais ce traitement atténuait seulement les symptômes mais ne soignait pas la cause du mal. Son état a fini par empirer.

« Ces dernières semaines, Sherkan se déplaçait moins, sortait moins de sa maison, il avait de plus en plus de mal à prendre ses traitements, et quand il se déplaçait, ses mouvements semblaient de plus en plus douloureux, malgré les traitements. Son état de santé s’est dégradé petit à petit », raconte le parc.

Tigre blanc du Touroparc

Sherkan vivait au ZooParc de Beauval depuis janvier 2005. Pendant la quasi-totalité de sa vie (11 ans), il a vécu en compagnie de la femelle Chili, décédée en 2015. Depuis cinq ans, le mâle était accompagné d’une nouvelle femelle, Asha, avec qui il continuait de s’accoupler malgré son âge avancé et sa maladie.

Avant cela, Sherkan a passé les deux premières années de sa vie au Touroparc, en Saône-et-Loire, où il est né en juin 2002.

Pour rappel, le tigre blanc n’est pas une espèce ou une sous-espèce de tigre. Il s’agit en réalité d’un tigre du Bengale atteint de leucisme, une anomalie génétique qui se traduit par l’absence de pigmentation, donnant sa couleur blanche au pelage de l’animal ainsi que des yeux bleus. Des caractéristiques physiques rares, qui ont séduit et poussé à reproduire ces tigres blancs pour tenter de conserver cette anomalie.

D'autres articles de la catégorie Décès

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here