En présentant le blob en 2019, le parc animalier de la Capitale nous habituait déjà aux espèces extraordinaires dotées de capacités incroyables. Avec le tardigrade, il continue sur sa lancée ! Cette espèce étonnante sera présentée au public du 23 octobre au 7 novembre 2021, à l’occasion des Rendez-vous sauvages de l’automne, consacrés aux espèces fascinantes.

Animal réputé indestructible

Le tardigrade, aussi surnommé « ourson d’eau » par son découvreur le scientifique allemand August Ephraim Goeze, est un animal fascinant à plus d’un titre. La presse en parle souvent comme d’un animal indestructible, qui serait capable de survivre à n’importe quel cataclysme éradiquant la plupart de la vie sur Terre.

« Certaines espèces de tardigrades sont capables de résister à des températures extrêmes, du zéro absolu jusqu’à plusieurs centaines de degrés, et même de survivre à des rayonnements qui tueraient la plupart des espèces, confirme Antoine Le Gal, médiateur scientifique au Parc zoologique de Paris. Mais attention, certaines seulement, car en réalité, il existe 1200 espèces de tardigrades différentes, chacune ayant ses propres spécificités. » Les tardigrades seraient capables de tels exploits grâce à la cryptobiose, une sorte de sommeil éternel dans lequel ils pourraient plonger afin de se préserver des conditions hostiles de leur environnement.

Le parc zoologique présentera deux espèces distinctes : Hypsibius exemplaris et une espèce du genre Paramacrobiotus, nettement plus grande. « Même si les tardigrades dépassent rarement le millimètre », glisse le médiateur scientifique.

Ces espèces ont été prêtées par deux scientifiques du Muséum National d’Histoire Naturelle (MHNH) : Anne de Cian et Jean-Paul Concordet. Ces derniers étudient les tardigrades pour leur étonnante résistance aux rayonnements et s’intéressent notamment à leur capacité à utiliser des protéines particulières pour réparer l’ADN endommagé par les rayons.

Visibles au microscope

Entre les mains d’Antoine Le Gal depuis une quinzaine de jours, les tardigrades se portent bien et ne semblent pas avoir souffert de leur déménagement. « J’ai même eu plusieurs naissances », se réjouit le médiateur scientifique.

D’après lui, les tardigrades ne sont pas compliqués à élever. Baignant dans de l’eau minérale, ils n’ont besoin que de microalgues pour Hypsibius exemplaris, qui est phytophage, et de rotifères – petits animaux – ainsi que de microalgues pour le tardigrade du genre Paramacrobiotus, qui est plutôt zoophage. « Il se nourrit principalement des rotifères qui, eux-mêmes, mangent des microalgues, détaille Antoine Le Gal. Pour les deux espèces, il suffit donc d’ajouter quelques gouttes de microalgues et quelques rotifères une fois par semaine. »

Les visiteurs pourront les découvrir lors d’ateliers dédiés tout au long des vacances scolaires, du samedi 23 octobre au dimanche 7 novembre. « Nous avons installé un microscope relié à un écran pour observer les tardigrades de plus près. C’est incroyable car nous les verrons bouger, se nourrir et nous pourrons même observer des œufs ! »

Attention, activité sur inscription car le nombre de places est limité. Les inscriptions se font directement sur place. L’atelier, gratuit, dure une vingtaine de minutes.

Autres espèces fascinantes

Quatre ateliers auront lieu chaque jour, pendant les vacances scolaires. Mais tous ne seront pas consacrés au tardigrade. En alternance, deux ateliers seront dédiés au blob, une autre espèce étonnante capable de se nourrir sans bouche ni estomac, de se déplacer sans membre, de résoudre des problèmes sans cerveau et doté de 720 sexes ! Soyez donc vigilants lors de votre inscription.

Et pour découvrir d’autres espèces fascinantes, le Parc zoologique de Paris organise également des visites guidées d’environ 1h30 en compagnie d’un animateur scientifique. Activité accessible dès 6 ans, les mercredis et samedis à 10h30 (prix : 5 € en supplément du billet d’entrée).

Les allées du parc se transformeront aussi en jeu de piste géant où les visiteurs devront retrouver les « Animaux mécaniques » du street-artiste Ardif, connu pour représenter les animaux de façon symétrique à la fois dans leur version biologique et leur version mécanique.

D'autres articles de la catégorie Nouveautés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here