Evénement à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des parcs zoologiques et surtout dans celle du Bioparc de Doué-la-Fontaine : un bébé rhinocéros noir est né, et il est en bonne santé !

Première au Bioparc, deuxième en France

Les équipes ont annoncé cette naissance avec « une grande émotion », et pour cause : c’est toujours un heureux événement dans la vie d’un parc zoologique, mais encore plus lorsqu’il s’agit d’une espèce en danger critique d’extinction et aussi emblématique que le rhinocéros noir.

D’autant que la reproduction de cette espèce africaine est très compliquée en captivité. Avant la naissance de Junior, un mâle né en 2019 au Zoo du Bassin d’Arcachon, aucun parc français n’avait réussi l’exploit. Avec l’arrivée de ce petit, le Bioparc est donc le deuxième zoo français à avoir une naissance de rhinocéros noir en France. « Il s’agit même de la première naissance dans le monde de la captivité en 2022 », précise le Bioparc, soulignant que quelques minutes plus tard, ce jour-là, un deuxième rhinocéros noir est né, dans un zoo de République tchèque. Un mâle, baptisé Kiev en soutien aux Ukrainiens, assaillis par l’armée russe depuis le 24 février.

Et d’ajouter : « En 2021, seuls deux rhinocéros de cette espèce ont vu le jour en parc zoologique, en Angleterre et aux Etats-Unis. En moyenne, quatre rhinocéros noirs naissent chaque année en parc animalier dans le monde. »

Les efforts fournis depuis dix-sept ans par les professionnels du parc sont donc enfin récompensés. « Après plusieurs tentatives infructueuses et une mise bas malheureuses en 2018, le nouvelle était attendue avec une certain fébrilité par nous tous », commente l’établissement. La même année, l’emblématique mâle Kata-Kata mourait lors d’une intervention visant à prélever sa semence.

Une petite femelle prénommée Kinna

Kinna et sa mère, Tisa au Bioparc
Kinna et sa mère, Tisa.

Après seize mois de gestation, le bébé rhinocéros est né dans la nuit du 3 au 4 mars dernier, sous la surveillance des soigneurs et vétérinaires réunis pour l’occasion. Il s’agit d’une petite femelle, née de l’union entre la femelle Tisa et le mâle Djaoul.

« Elle s’est présentée par la tête, pattes en avant, et a vu le jour à 1h50 du matin », précise le Bioparc. Rapidement après sa venue au monde – environ quarante minutes – la petite rhinocéros noir s’est mise debout et s’est instinctivement tournée vers sa mère pour téter.

Prénommée Kinna, la petite est en bonne santé. Pendant encore quelques mois, elle restera exclusivement auprès de sa mère afin de boire régulièrement son lait et ainsi prendre des forces – et du poids ! Elle sera sevrée vers l’âge de 2 ans, et fait encore l’objet d’une surveillance rapprochée, pour s’assurer que son état de santé ne se dégrade pas. « Elle n’est actuellement pas visible du public, mais sortira lorsque les conditions climatiques seront réunies », précise le Bioparc.

Le rhino noir, grand menacé

Bien plus menacé que son cousin le rhinocéros blanc, plus commun en parc animalier, le rhinocéros noir est classé par l’UICN dans la catégorie « en danger critique » d’extinction, dernier pallier avec la disparition dans la nature.

Sans surprise, l’espèce est principalement menacée par le braconnage pour sa corne, qui se vend à prix d’or sur les marchés asiatiques, au nom de prétendues vertus qui lui sont prêtées par la médecine traditionnelle. Chassé à l’excès, les rhinocéros noirs ne comptent plus désormais que 5000 représentants à l’état sauvage.

Afin d’empêcher la disparition – ou du moins l’appauvrissement – de son patrimoine génétique, l’association européenne des zoos et aquariums (EAZA) coordonne un programme d’élevage européen (EEP) auquel participe plusieurs parcs animaliers, dont le Bioparc de Doué-la-Fontaine. Kinna rejoint donc ce programme EEP avec une importance toute particulière, puisque sa mère Tisa est l’une des femelles au patrimoine génétique les plus rares d’Europe.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here