Le couple est arrivé jeudi 11 novembre. Ce transfert a été réalisé sur demande du zoo du Lunaret dont sont originaires le mâle et la femelle, car celui-ci a dû fermer sa serre amazonienne pour une durée indéterminée. En mauvais état, sa rénovation nécessiterait la somme colossale de 10 millions d’euros, alors que le zoo piloté par la ville de Montpellier rencontre des difficultés. Alors, avec l’accord du coordinateur européen de l’espèce, les paresseux ont déménagé !

Une première à Besançon

A la Citadelle, il s’agit d’un moment riche en émotions : c’est la première fois que le parc zoologique présente des paresseux au public. Il adonc  fallu préparer leur arrivée.

« Depuis plusieurs semaines, les équipes du Muséum se sont impliquées dans l’aménagement d’une loge répondant aux exigences scientifiques de cette espèce et nécessaires à son acclimatation, comme l’ambiance paysagère et lumineuse, l’hygrométrie [quantité de vapeur d’eau contenue dans l’air, très importante pour ces animaux originaires des zones tropicales, NDLR] et les zones de repos », explique la Citadelle.

Les deux paresseux sont d’ores et déjà visibles du public. Ils se trouvent dans un espace dédié, dans le fossé des primates. A leur disposition, un enclos extérieur ainsi qu’une loge intérieure dans laquelle les visiteurs peuvent les observer au travers d’une vitre.

Des enrichissements leur seront proposés afin d’égayer leur quotidien, assure-t-on du côté de la Citadelle. Au programme, des enrichissements alimentaires avec des repas variés et des modes de distribution différents, mais aussi des enrichissements environnementaux avec par exemple du jeu et la présentation de divers matériaux pour attiser leur curiosité.

Le paresseux, un animal étonnant

Réputé pour être très lent et dormir beaucoup, le paresseux est un mammifère arboricole surprenant et plutôt méconnu. Originaire d’Amérique centrale et du sud, il n’est par exemple pas le plus grand dormeur du règne animal. Ce titre reviendrait plutôt au koala qui peut dormir vingt heures par jour contre « seulement » dix-huit heures pour le paresseux.

Et puis, il existe six espèces différentes de paresseux dans le monde. Le plus courant en parc animalier en France est le paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus), classé « peu concerné » par un risque d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). C’est d’ailleurs cette espèce qui était présentée à Montpellier et est désormais à la Citadelle de Besançon.

Si vous souhaitez découvrir ce nouveau couple de paresseux à la Citadelle de Besançon, vérifiez les dates d’ouverture cet hiver. Sur place, ne les cherchez pas au sol, car les paresseux ne descendent de leurs perchoirs qu’une à deux fois par semaine seulement, et uniquement pour faire leurs besoins !

D'autres articles de la catégorie Nouveautés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here