Le Parc animalier des Pyrénées ouvrira ses portes le 4 avril prochain. En attendant, découvrez à l’avance toutes les nouveautés qui attendent les visiteurs cette saison.

Tous les ans, la réouverture du Parc animalier des Pyrénées se place sous le signe de la nouveauté. Et notamment, de l’arrivée de nouvelles espèces. En 2018, déjà, le parc a accueilli des pandas roux, des loutres cendrées et des pélicans frisés. L’année suivante, idem : plusieurs nouveaux pensionnaires ont rejoint le site, dont des suricates, des chiens de prairie ou encore des makis cattas, et un écolodge baptisé « Le Refuge » est sorti de terre. Poursuivant dans cette lignée, le parc situé dans les Hautes-Pyrénées prépare toutes sortes de nouveautés pour la saison 2020.

Loups noirs, varis roux et mangoustes naines

Après Touroparc, le Parc animalier de Sainte-Croix et Legendia, c’est au tour du Parc animalier des Pyrénées de présenter au public une meute de loups noirs. Ces loups, originaires des forêts d’Amérique du Nord, comptent parmi les loups les plus imposants : les plus gros gabarits peuvent peser jusqu’à 80 kilos ! Deux mâles et une femelle viennent d’arriver à Argelès-Gazost. Ils ont rejoint un enclos boisé et sauvage sur lequel plusieurs points de vue immersifs ont été créés, permettant aux visiteurs d’observer ces canidés à loisir.

Mangouste naine au Parc animalier des Pyrénées

Autre nouvelle espèce présentée au Parc animalier des Pyrénées en 2020 : la mangouste naine. Le plus petit carnivore d’Afrique – 300 grammes pour un individu adulte ! – rejoint en effet le site, près de l’enclos des suricates, arrivés en 2019. Quatre individus – trois mâles originaires du Zoo d’Edimbourg en Ecosse et une femelle du Zoo d’Emmen au Pays-Bas – ont pris place.

Toujours du côté des mammifères, une troisième nouvelle espèce débarque : le vari roux. Deux mâles originaires du parc Zoa à Sanary-sur-Mer se sont installés dans l’espace de semi-liberté où vivent déjà les makis cattas. Ensemble, ces lémuriens sont deux ambassadeurs de la biodiversité riche et menacée de Madagascar. « Contrairement au groupe de makis cattas qu’ils côtoient, les varis roux s’observent en scrutant les cimes des arbres. Vous entendrez sûrement leurs vocalises qui servent à marquer leur territoire ou à maintenir le contact entre les individus », précise le Parc animalier des Pyrénées.

Vari roux au Parc animalier des Pyrénées

Ocelots et binturongs : les couples se forment

Comme l’étourneau de Bali dont la femelle a été rejointe par un mâle à l’automne 2018, deux autres espèces faisant l’objet d’un programme d’élevage européen (EEP) coordonné par l’EAZA en ont terminé avec la solitude. A commencer par la femelle ocelot. Un compagnon mâle, originaire du Zoo de Benidorm en Espagne, l’a en effet retrouvée pendant l’hiver. La femelle binturong, aussi, n’est plus seule. Depuis quelques semaines, ce « chat-ours » arrivé en 2019 vit avec un mâle originaire du Zoo d’Edimbourg.

Arrivée des aras hyacinthes et changement chez les vautours

Ça bouge aussi du côté des oiseaux avec l’arrivée d’un couple d’aras hyacinthes, de grands perroquets bleus originaires d’Amazonie et dont l’espèce est classée « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). « Le couple de aras hyacinthes se compose d’un mâle arrivé du zoo de Londres, en Angleterre, et d’une femelle autrefois pensionnaire du zoo de Nuremberg, en Allemagne », précise le parc, qui vient de fêter ses 20 ans. Ces perroquets évoluent dans un espace de semi-liberté et mixte, avec d’autres oiseaux et des primates originaires des forêts humides.

Ara hyacinthe au Parc animalier des Pyrénées

Pas de nouvelles espèces mais tout de même des changements du côté des vautours. Les vautours moines ont en effet droit à une toute nouvelle volière. « L’objectif : favoriser la reproduction en captivité d’un couple dans le cadre du programme EEP, explique le parc, qui veut s’investir dans la conservation de ce rapace. En effet, si les conditions le permettent, une naissance peut aboutir à une réintroduction en milieu naturel. Depuis 1992, différents programmes ont permis de réintroduire cette espèce qui avait disparu en France au début du 19ème siècle. »

Et pour sensibiliser le public à l’importance des vautours dans l’équilibre des écosystèmes, le Parc animalier des Pyrénées proposera en 2020 une toute nouvelle activité : la curée des vautours. « Un spectacle de la nature saisissant qui permet à notre équipe animalière de vous présenter ces nécrophages qui ont, à tort, mauvaise réputation. A travers les explications de nos soigneurs, petits et grands apprendront à mieux connaître ces oiseaux, surnommés les “éboueurs de la nature”, qui occupent un rôle écologique majeur dans leur environnement naturel. » Rendez-vous à partir du 4 avril pour découvrir toutes ces nouveautés !

D'autres articles de la catégorie Nouveautés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here