Le 1er février dernier, le parc zoologique et botanique de Mulhouse annonçait la naissance extrêmement rare d’un ours polaire. Quelques mois plus tard, nous avons reçu des nouvelles de la petite boule de poils… qui a bien grandi !

Nanuq, jeune ourse polaire, s'amuse avec un jouet

Une oursonne en pleine forme !

Si Nanuq (« ours polaire » en Inuktitut, la langue des Inuits) ressemble toujours à une grosse peluche, elle est bien loin des quelques centaines de grammes qu’elle pesait à sa naissance, en novembre 2016 ! L’oursonne a désormais dépassé 70 kg et mesure 120 cm lorsqu’elle se dresse sur ses pattes arrières ; selon les soigneurs, ces dimensions sont tout à fait normales et, additionnées à « la qualité du pelage et à l’harmonie de la croissance, donnent des indications très positives sur la santé et sur le moral » de la jeune plantigrade.

Et elle n’a pas fini de grandir ! Nanuq tête de moins en moins Sesi, sa mère ; la diversification alimentaire, commencée dès la sortie de la tanière en février, est  très avancée. Elle se nourrit aujourd’hui de poissons, de viande, de fruits et de légumes. Très à l’aise dans son environnement, elle passe également beaucoup de temps à jouer, ce qui contribue là aussi à son développement : entre deux siestes, elle court, saute, attrape, plonge dans son bassin… et elle fait preuve d’une grande autonomie, puisqu’elle n’hésite pas à s’amuser sans sa mère ! L’oursonne, promue ambassadrice de la lutte contre le réchauffement climatique, reproduit en fait des comportements qu’il est possible d’observer sur la banquise, et qui feront d’elle une digne ourse polaire, aussi bonne chasseuse sur terre que dans l’eau.

Un carnet rose bien rempli

D’autres espèces très menacées sont nées récemment au parc zoologique et botanique de Mulhouse. Deux bébés tortues radiées, une espèce endémique de Madagascar, ont par exemple vu le jour les 19 et 20 juin derniers : ces naissances étaient attendues depuis 5 ans ! Le zoo de Mulhouse contribue à la sauvegarde de ces reptiles, considérés comme « en danger critique d’extinction », en levant des fonds pour des fermes à tortues à Madagascar. Nés en captivité, les spécimens sont réintroduits dans leur milieu naturel une fois adultes.

Deux naissances de primates en danger critique d’extinction ont également été recensées. Un lémur aux yeux turquoise baptisé Nofy grandit depuis mi-février dans son enclos et un capucin à poitrine jaune, espèce dont le parc zoologique de Mulhouse est coordinateur du programme d’élevage européen, peut être aperçu agrippé au dos de sa mère.
Enfin, la meute de loups du Canada s’est également agrandie de cinq jeunes nouveaux membres le 22 avril et un ibis huppé a éclos le 11 juin dernier ; cette dernière espèce profite d’un programme de réintroduction auquel le zoo de Mulhouse est le seul à participer en France ! Nanuq n’est donc pas la seule nouvelle pensionnaire choyée au zoo alsacien… Le carnet rose du parc est déjà bien rempli et il ne fait aucun doute que cela ravira les visiteurs !

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here