Le 22 novembre 2020, un nouvel ours polaire est né au Parc Zoologique et Botanique de Mulhouse. Il s’agit du deuxième petit de Vicks et Sesi, le couple d’ours blancs du parc, après la femelle Nanuq, née en novembre 2016.

Mulhouse : une année 2020 au chevet des ours blancs

L’année 2020 s’est achevée avec émotion au Parc Zoologique et Botanique de Mulhouse. Au printemps, les ours polaires étaient au cœur de toutes les préoccupations à cause de conflits entre Nanuq, la petite femelle née en 2016, et Sesi, sa mère. Rien d’étonnant pourtant, les ours polaires étant des animaux solitaires, mère et petits se séparent en milieu naturel au bout de quelques années.

Après un passage au CERZA, Nanuq a donc terminé son voyage au Zoo de Munich où elle vit avec une autre femelle.

Le calme était revenu dans l’enclos des ours polaires jusqu’à ce qu’une nouvelle surprise pointe le bout de son nez fin novembre. Sesi a en effet donné naissance à un autre petit dont on ne connait pas encore le sexe puisque, comme à la naissance de Nanuq, l’équipe du parc laisse maman et bébé tranquilles dans leur tanière.

Le départ de Vicks annoncé

Le mâle ours blanc, Vicks, ne peut pour des raisons de sécurité vivre avec la femelle et le petit. En effet, dans la nature, mâle et femelle ne vivent pas ensemble et les mâles n’hésitent pas à tuer les petits. Si Vicks n’a bien sûr jamais montré d’agressivité, c’est parce qu’il a toujours été séparé de Nanuq et de Sesi. Il a rejoint sa compagne au départ seulement de la jeune femelle, en avril 2020.

mulhouse ours polaires
Le couple d’ours blancs de Mulhouse, Sesi et Vicks.

Toutefois, le parc zoologique et botanique de Mulhouse notait déjà depuis un certain temps la frustration grandissante du mâle né en 2010 à Rotterdam, aux Pays-Bas. Rémi Gaillard avait d’ailleurs partagé une vidéo le montrant avoir des comportements stéréotypés, signe que l’animal était malheureux, et particulièrement pendant la période de reproduction. Pour éviter que cela ne se reproduise une seconde fois, et compte tenu de cette nouvelle naissance, le parc de Mulhouse a demandé au coordinateur du EEP des ours polaires de transférer Vicks dans un autre parc zoologique. Cela sera chose faite comme Brice Lefaux l’a confirmé au journal l’Alsace :

« Il doit partir au cours du printemps pour le Scandinavian Wildlife Park, au Danemark, pour de la reproduction. Notre idée, c’est de garder Sesi et son petit, le temps de l’élevage de l’ourson, et ensuite d’accueillir peut-être une ou deux autres femelles. Notre but n’est pas d’avoir des petits tout le temps. Bien sûr, c’est dommage car Sesi et Vicks s’entendaient bien mais dans la nature, les couples ne restent pas ensemble. »

La gestation très particulière des ours polaires

La gestation des ours polaires est très courte, moins de deux mois, mais elle ne suit pas directement une reproduction. En effet, les ours, comme les mustélidés, connaissent un phénomène d’implantation différée, ce qui signifie qu’après s’être reproduite, la femelle n’est pas gestante tout de suite. Il peut même s’écouler plus de 6 mois avant que la gestation démarre réellement. C’est pourquoi dans la nature comme en parc animalier, les naissances d’ours polaires ont lieu à peu près toujours à la même période. La femelle attend en fait la période propice, comme l’explique le Parc de Mulhouse dans son communiqué :

« Après l’accouplement au printemps et grâce au phénomène biologique de la diapause embryonnaire, l’implantation des ovules fécondés dans l’utérus et leur développement sont différés jusqu’à l’automne. Cela permet aux femelles de profiter des beaux jours pour s’engraisser au maximum puis, après une gestation effective de deux mois, de mettre bas dans leur tanière et d’y rester sans en sortir en vivant sur leurs réserves jusqu’au printemps, moment où les proies sont à nouveau abondantes. »

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here