Malgré la fermeture de ses portes, le carnet rose du Pars zoologique de Paris continue de s’étoffer en cette fin de printemps 2021. D’ailleurs, c’est seulement maintenant que nous apprenons la naissance d’un petit glouton (ou carcajou) le 20 février dernier. Une naissance qui, à défaut d’être sous les yeux des visiteurs, a eu lieu sous les yeux des soigneurs du parc.

Le premier bébé glouton du couple du Parc zoologique de Paris

Zakko et Niemi, le couple de gloutons du Parc zoologique de Paris, a donc accueilli un petit à la fin de l’hiver. Ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’en milieu sauvage, les bébés gloutons naissent pendant la période froide, dans une tanière camouflée par la neige. Le couple du Parc zoologique de Paris est âgé respectivement de 8 et 9 ans. Il est présent dans la Capitale depuis 2014 et était donc encore tout jeune à son arrivée.

Pour leur première descendance, Niemi a mis au monde un seul petit, sous les yeux de ses soigneurs. Si l’événement s’est déroulé en février dernier, le petit a depuis bien grandi. A la dernière pesée, le jeune glouton pesait 4,2 kg contre 100 grammes à la naissance. Les petits carcajous – le nom des gloutons au Canada – viennent au monde avec un pelage blanc, afin de les camoufler dans la neige aux yeux des prédateurs. Ils revêtent ensuite leur pelage définitif.

Trois mois après sa naissance, le bébé glouton du Zoo de Paris a d’ailleurs déjà changé de couleur comme vous pouvez le constater sur notre photo de Une prise à la réouverture du parc, et sur cette photo prise quelques temps après sa naissance. « Au fil du temps, il prendra une coloration grise, marron clair, pour devenir noir et feu comme ses parents », précise d’ailleurs le parc zoologique.

naissance glouton zoo de paris
© MNHN – F.G. Grandin

Pourquoi la naissance n’est annoncée que maintenant ?

Comme beaucoup d’animaux qui naissent à l’intérieur de tanière souterraine, le bébé glouton ne sort pas au grand jour tout de suite, il est alors beaucoup trop fragile. Il passe en général près de deux mois au chaud, sous terre, avec sa mère et n’apparaît à la lumière que si la mère décide de le déplacer ou si le temps est venu pour lui de grandir au grand jour.

Les gloutons, comme plusieurs espèces animales, peuvent différer la naissance de leurs petits. Si les accouplements ont lieu l’été et les naissances en hiver, ce n’est pas la gestation qui occupe la mère tout ce temps. Les femelles gloutons ont la capacité de mettre sur pause leur gestation, c’est ce qu’on appelle l’implantation différée. La femelle n’est gestante que 40 jours à peu près.

Où voir des gloutons en France ?

En France, le glouton est présenté par seulement quelques parcs en plus du Zoo de Paris. Le parc animalier d’Auvergne en possède depuis 2013, le Parc de Sainte-Croix depuis 2016, et enfin la Réserve Zoologique de Calviac qui a été le tout premier à en accueillir en 2008. C’est Mette-Marit la première femelle carcajou à avoir foulé le sol français mais également la première à avoir donné naissance à un petit glouton chez nous.

En effet, les naissances de gloutons en France sont très rares. La première a eu lieu le 21 janvier 2013 à la Réserve Zoologique de Calviac, du couple formé par Mette-Marit et Sakhari. Une petite au terrible nom de… Guillotine. La seconde naissance sur le sol français a également eu lieu dans le parc zoologique de Dordogne, mais d’un père différent cette fois, puisque Sakhari nous a malheureusement quitté entre temps ! En 2017, Mette-Marit a donc mis au monde quatre petits avec Jesper et, jusqu’à ce jour, seule la Réserve Zoologique de Calviac arrivait à reproduire l’espèce.

Jusqu’au 20 février 2021, où le Parc zoologique de Paris a donc connu lui aussi cet heureux événement.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here