C’est tout un symbole qui vient de s’éteindre : Jasraj, le dernier lion du parc animalier de la Tête d’Or, à Lyon, est mort mercredi 1er décembre 2021.

Décès brutal

Sa disparition survenue à l’âge de 13 ans – l’espérance de vie d’un lion est d’une quinzaine d’années en milieu naturel, mais jusqu’à plus de vingt ans en captivité – a surpris tout le monde.

Depuis plusieurs semaines, Jasraj était suivi par les équipes vétérinaires du zoo pour une douleur au niveau de la gueule. « Il répondait bien au traitement et est resté en forme jusqu’à la veille de son décès », raconte l’établissement sur sa page Facebook. La veille de sa mort, rien dans son état apparent ne semblait donc indiquer qu’il pouvait être en mauvaise santé.

C’est une gastro-entérite hémorragique qui aurait dégradé de façon soudaine son état, comme l’explique le zoo de Lyon :

« Son état s’est ensuite malheureusement brutalement dégradé en lien avec une sévère gastro-entérite, dont la cause exacte n’a pas encore été identifiée. L’équipe vétérinaire n’a rien pu faire, l’évolution de la maladie ayant été trop rapide. »

L’origine de cette gastro-entérite hémorragique, en revanche, reste inconnue. Des analyses bactériologiques et histologiques sont en cours et devraient révéler leurs résultats d’ici une quinzaine de jours.

« Un décès si soudain, c’est toujours très compliqué pour les équipes. On se pose beaucoup de questions et on a hâte d’avoir les résultats des analyses pour en savoir plus », commente Gwendoline Anfray, vétérinaire et responsable adjointe du Zoo de Lyon.

La fin des lions à Lyon

Depuis la disparition de sa compagne Aïpani l’an dernier, Jasraj était seul dans son enclos et, symboliquement, le dernier lion de Lyon. Né au zoo de Zurich en Suisse, ce lion d’Asie vivait à Lyon depuis 2011.

C’est désormais confirmé de façon officielle : il sera le dernier lion à avoir foulé la terre du parc de la Tête d’Or, le zoo ne souhaitant plus accueillir de nouveaux lions à l’avenir. L’information a été transmise vendredi 10 décembre aux équipes du zoo par l’élu aux espaces verts.

« Son enclos restera vide pour le moment et une réflexion sera conduite sur sa réaffectation, dans le cadre de la stratégie du zoo de Lyon pour l’amélioration du bien-être animal », a précisé le parc sur sa page Facebook.

Plusieurs pistes sont possibles, entre l’agrandissement d’un enclos pour une espèce – comme c’est prévu pour les panthères de l’Amour avec l’annexion de l’enclos des gibbons, voisins du leur – ou la présentation d’une nouvelle espèce, ou encore un tout autre projet. « A l’heure actuelle, rien n’est engagé. Et puis, le décès ayant été soudain, aucun budget n’a été déloqué en vue d’un éventuel réaménagement de cet espace », complète Gwendoline Anfray.

Déjà avant que la mairie de la ville ne bascule dans le camp des Verts, l’ancienne direction nous avait fait part de sa volonté de repenser sa collection pour tendre vers plus de bien-être animal.

Cet automne, les deux crocodiles présents à la Tête d’Or depuis les années 1970 pour le mâle et 1980 pour la femelle née sur place, devaient ouvrir la voie en partant pour le Maroc en vue d’être réintroduits dans des oueds protégés. Leur départ a finalement été retardé en raison de démarches administratives et de conditions de transports complexes. « Mais c’est toujours prévu, le mâle de 49 ans et la femelle de 32 ans sont toujours sur le départ », assure la vétérinaire.

Crocodiles au zoo de Lyon
Crocodiles au zoo de Lyon en 2018. ©Zooactu

D'autres articles de la catégorie Décès

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here