La saison 2021 a, comme la précédente, été bien particulière pour les parcs zoologiques. Cette fois-ci, pas de confinement qui contraint les zoos à la fermeture mais une ouverture retardée jusqu’au 19 mai au plus tôt, privant les visiteurs des premières naissances du printemps. Ce qui n’a pas empêché le carnet rose des parcs animaliers d’être bien rempli en 2021 !

Des lionceaux en veux-tu en voilà

Après l’année 2020 importante en naissances de loups, l’année 2021 a été plus profitable aux lions qui ont célébré de nombreuses naissances.

Planète Sauvage, le Bioparc de Doué-la-Fontaine, la Réserve africaine de Sigean, le Zoo d’Amnéville, le Parc des Félins… et surtout le Zoo African Safari, qui à lui seul, a célébré pas moins de sept naissances de lionceaux avec trois portées différentes entre juillet et septembre !

Lions de l’Angola, lions de l’Atlas ou lions d’Afrique de l’Est… Quelle que que soit la sous-espèce concernée, ces naissances de félins sont toujours appréciées des visiteurs. Les lionceaux viennent au monde après des gestations plutôt courtes, entre trois et quatre mois. Les portées comportent souvent plusieurs petits mais tous ne survivent pas aux premiers mois.

Au Parc des Félins notamment, un seul des petits de Gao et Sky a survécu. Au Zoo African Safari, aussi, on a connu la perte d’un lionceau. Mais en captivité, c’est un moindre mal : d’après le site spécialisé « un monde de félins« , près de 80 % des lionceaux n’atteignent jamais l’âge adulte à l’état sauvage.

Heureusement dans les parcs zoologiques, grâce à l’absence de prédateurs et au suivi médical des soigneurs et des vétérinaires, la plupart des causes de mortalité sont écartées. Reste celles qu’on ne peut éviter : les malformations de naissance et les accidents.

2021 : une année très casoar !

Au cours de l’année 2021, trois naissances de casoar du Sud ou casoar à casque ont eu lieu dans des parcs zoologiques français. Une chance, sachant qu’ils sont peu à présenter cette espèce magnifique et peu connue du grand public.

Qui sait, par exemple, qu’il existe trois espèces de casoars, mais qu’une seule est visible en France ?

Les naissances 2021 de casoars ont eu lieu au zoo de Montpellier, au Thoiry ZooSafari et au parc zoologique et botanique de Mulhouse.

Petite particularité des casoars : si ce sont bien les femelles qui construisent leur nid et pondent les oeufs, presque tout le reste du travail est assuré par les pères !

En effet, les mâles couvent les oeufs pendant une période d’un mois et demi et s’occupent des juvéniles dès leur naissance et ce jusqu’à ce qu’ils soient autonomes, soit vers l’âge de neuf mois. En parc zoologique, si vous voyez un adulte près d’un jeune casoar, c’est donc le papa !

L’instinct maternel et la femelle casoar, ça fait deux, vous l’aurez compris ! Une fois qu’elle a pondu ses oeufs, au nombre en général de trois à six, elle quitte tout simplement le nid pour trouver un autre mâle avec lequel s’accoupler.

Bien que les deux sexes soient très colorés à l’âge adulte, les jeunes casoars sont quant à eux brun avec des rayures noires jusqu’à 6 mois environ, puis perdent leurs rayures avant de revêtir leurs plumage d’adulte à l’âge d’un an. Exemple avec Denver, le jeune casoar du zoo de Montpellier, né en mai 2021.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here