Le jeune rhinocéros mâle né il y a trois ans au Zoo de la Boissière-du-Doré est arrivé mercredi 29 septembre au Zoo de Thoiry, dans les Yvelines. Ce transfert a été suggéré par le coordinateur de l’espèce et orchestré sur plusieurs mois. Heureusement, tout le travail réalisé en amont pour préparer son arrivée a porté ses fruits et Wakati a débarqué sans encombre dans son nouvel environnement.

Arrivée tout en douceur

Faire déménager un animal comme un rhinocéros blanc n’est jamais une mince affaire pour un parc animalier. D’autant que ce beau bébé pèse pas moins de 1160 kg ! Et pas question de l’anesthésier pour faciliter son transport.

« Il y a toujours des risques à anesthésier un gros animal comme une girafe ou un rhinocéros par exemple. Il peut y avoir des complications lors de son réveil, avertit Julie Platel, coordinatrice animalière au Zoo de Thoiry et responsable pédagogique. Le mieux pour le bien-être de l’animal, c’est de lui apprendre à rentrer seul dans sa caisse. »

Pour cela, plusieurs mois de travail ont été nécessaires du côté des soigneurs de la Boissière-du-Doré. Un entraînement qui a fonctionné à la perfection puisque Wakati est entré seul dans sa caisse de transport et n’a montré aucun signe d’énervement ou d’anxiété.

« A son arrivée aux alentours de 15 heures, nous avons découvert un Wakati très calme », confie Julie Platel. Le chef animalier et les soigneurs de son secteur – tous les soigneurs du parc étaient réunis pour l’occasion – ont pu aller le saluer et lui parler pour le rassurer davantage, vérifiant au passage qu’il se portait bien. Une grue l’attendait sur place afin de sortir sa caisse du camion et la déposer au bon endroit. « Ensuite, nous lui avons ouvert de façon à ce qu’il puisse sortir sans paniquer en marche arrière dans le couloir qui mène à son box. Une fois à l’intérieur, nous l’avons laissé tranquille pour le reste de la journée. »

Première rencontre avec Unesco

Sur place, Wakati rejoint deux autres rhinocéros blancs mâles : Bruno et Unesco. Mais attention, ils ne font pas le même gabarit : âgés de 5 ans, Bruno et Unesco pèsent près d’une tonne de plus que Wakati. « La différence est flagrante ! D’ailleurs, malgré ses presque 1,2 tonne, Wakati a fait l’effet d’être un bébé aux soigneurs habitués aux deux autres rhinos », s’amuse Julie Platel.

Alors même si les rhinocéros sont d’humeur plutôt pacifique et cherchent peu la bagarre, la prudence reste de mise avant de les faire se rencontrer physiquement. « Les rhinocéros sont plus dans la démonstration de force que dans le combat, mais on ne sait jamais. Il faut à tout prix éviter des blessures comme des peaux arrachées qui pourraient s’infecter », prévient la coordinatrice animalière.

Pas question de débarquer Wakati dans l’enclos de ses deux congénères à brûle-pourpoint. « Nous commençons par des mises en contact indirectes et progressives. Le lendemain de son arrivée, Wakati a ainsi pu voir et renifler Bruno et Unesco au travers du paddock. Cela s’est plutôt bien passé, sauf quand Bruno a un peu soufflé et que Wakati a pris peur et est vite rentré dans son box ! Mais nous sommes confiants pour la suite. »

La preuve, c’est qu’après plusieurs jours de contacts visuels et olfactifs, Wakati et Unesco ont pu se rencontrer en face à face mardi 5 octobre. « Pour la première fois, ils sont restés dans le paddock. Tout s’est bien passé : ils se sont fait face, se sont reniflés, se sont suivis… » Le lendemain, les deux rhinocéros devraient poursuivre leur rencontre, dans l’enclos extérieur cette fois, puis être rejoints par Bruno si tout se déroule bien. « Nous avons bon espoir de voir les trois rhinocéros ensemble dans le même enclos d’ici la fin de la semaine », estime Julie Platel.

Bientôt de la reproduction à Thoiry ?

Le groupe de rhinocéros de Thoiry compte donc désormais trois mâles. Sans femelles, il n’est donc pas question de reproduire l’espèce pour l’instant, mais ce n’est pas inenvisageable dans un avenir proche.

« Bien sûr c’est important que certains parcs zoologiques servent de réservoirs pour accueillir des groupes de mâles, en attendant de leur trouver des places pour se reproduire. Mais à Thoiry, nous avons l’espace pour faire de la reproduction de rhinocéros blancs. D’ailleurs, nous comptons faire des travaux dans la maison des rhinos pour accueillir des femelles en créant de nouveaux box dans les trois prochaines années », confie la coordinatrice animalière.

Avec de nouveaux box et un enclos extérieur agrandi, Thoiry espère donc faire de la reproduction prochainement. « Wakati et Unesco pourront probablement se reproduire. En revanche, c’est moins sûr pour Bruno qui souffre malheureusement d’une déficience oculaire. »

Tourner la page « Vince » sans l’oublier

Toute nouvelle arrivée – notamment quand il s’agit d’un grand animal comme le rhinocéros – est un événement heureux dans un parc zoologique. Et Wakati ne fait pas exception : « d’abord parce qu’il y a un enjeu pour la conservation de l’espèce, et nous sommes heureux d’y participer, et puis parce que c’est toujours positif pour les soigneurs d’apprendre à faire connaissance avec un nouvel individu, découvrir son caractère, ce qu’il préfère… ».

Mais contrairement à ce qui a pu être dit dans la presse, Wakati ne remplacera pas Vince, le rhinocéros tué par des braconniers en pleine nuit pour lui voler sa corne en 2017. « On ne remplace pas un être vivant, rappelle Julie Platel. Maintenant, nous aimerions tourner la page, sans pour autant l’oublier car cette histoire nous a marqués et nous a fait beaucoup de mal. Vince restera le symbole du braconnage, qui est la première cause de disparition des rhinocéros d’Afrique, mais nous devons continuer notre travail de sensibilisation et de conservation. »

D'autres articles de la catégorie Nouveautés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here