Les parcs zoologiques participent généralement à plusieurs programmes de conservation d’espèces menacées, à la fois ex situ et in situ. Explications en vidéo avec Michel Saint Jalme, directeur de la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris et enseignant-chercheur au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN).

Panthère de Perse
Une panthère de Perse, sous-espèce réintroduite dans le Caucase grâce à un EEP.

Même si les zoos pâtissent parfois d’une image négative, nombre d’entre eux ne veulent désormais plus servir de simple divertissement pour le public. Leur objectif aujourd’hui : jouer un rôle de plus en plus grand dans la conversation des espèces menacées. « Conservation et éducation : voilà les deux grandes missions des parcs zoologiques », résume Michel Saint Jalme, directeur de la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris.

D’ailleurs, l’association mondiale des zoos et aquariums – la WAZA – déclare qu’il faut « augmenter le nombre de zoos et aquariums impliqués dans la conservation des espèces et de leurs habitats, et faire des parcs zoologiques les principales organisations non-gouvernementales de conservation ».

Programmes ex situ

Cette mission de préservation de la biodiversité, les parcs zoologiques entendent la remplir tout d’abord grâce au développement de programmes ex situ. On parle de « ex situ » pour tout projet de conservation de telle ou telle espèce en-dehors de son habitat naturel.

Il s’agit principalement de préserver le patrimoine génétique des animaux menacés grâce à des programmes de reproduction ciblés. Les parcs zoologiques sont tout à fait désignés pour assurer cette fonction. En Europe, l’association EAZA en a d’ailleurs fait l’un de ses chevaux de bataille en créant des programmes d’élevage européens, plus communément appelés EEP.

Chacun d’eux porte sur une espèce en particulier et est piloté par un coordinateur. « Ce dernier gère la population européenne à la fois d’un point de vue démographique et génétique, dans le but de préserver au maximum la diversité de cette espèce pour le long terme », détaille le directeur de la Ménagerie.

De nombreux exemples

En préservant ex situ le patrimoine génétique d’une espèce, les zoos forment un dernier rempart face à l’extinction dans la nature.

Et les exemples sont légion. La panthère de Perse a ainsi pu être réintroduite dans les montagnes du Caucase d’où elle avait totalement disparu grâce à un EEP. L’ibis chauve, oiseau en danger d’extinction, a quant à lui été introduit en Andalousie grâce à l’action combinée de sept zoos européens qui ont élevé l’espèce en captivité. Pour son panda géant, la Chine a fait appel en 1996 au Captive Breeding Specialist Group (CBSG), qui unit acteurs de la conservation dans la nature et parcs zoologiques. Le but : sauver l’espèce dans la nature grâce à son élevage et sa reproduction en captivité.

Aujourd’hui, le zoo belge Pairi Daiza travaille en collaboration avec le Brésil et le centre d’élevage ACTP en Allemagne pour reproduire l’ara de Spix en vue de sa réintroduction prochaine dans la nature. L’espèce s’est éteinte à l’état sauvage en 2000. D’autres exemples existent encore.

Préservation in situ

C’est un fait moins connu, mais les zoos participent aussi à des programmes in situ, c’est-à-dire à la conservation des animaux menacés dans leur milieu naturel.

« Les zoos peuvent participer à la conservation in situ de différentes manières, explique Michel Saint Jalme. Soit en finançant des programmes et des associations qui travaillent dans diverses parties du monde pour préserver telle espèce ou tel habitat, soit plus directement en envoyant du personnel pour travailler sur ces programmes et apporter des savoir-faire. »

Cet engagement des zoos vis-à-vis de la biodiversité est une tendance de fond, d’ailleurs encadrée par la loi depuis plusieurs années. L’arrêté du 25 mars 2004 « dit que les zoos doivent participer à des programmes de conservation, à la recherche dont les résultats vont favoriser la conservation et à des programmes d’éducation du public », conclut Michel Saint Jalme.

Pour aller plus loin, lire « Zoos, un nouveau pacte avec la nature » de Laurence Paoli.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here