Accueillie temporairement en France, Vienna devait retourner dans son zoo d’origine en Allemagne une fois son nouvel enclos terminé. Elle était âgée de 30 ans.

Ours polaire zoo de la Palmyre
Vienna au zoo de la Palmyre

C’est une bien triste nouvelle qui vient de s’abattre sur le zoo de la Palmyre, près de Royan : une femelle ours polaire est morte ce samedi 13 janvier. Agée de 30 ans, Vienna avait été confiée au parc animalier de Charente-Maritime par le zoo de Rostock, en Allemagne, le temps que son enclos soit rénové.

Les causes de la mort encore floues

Le zoo de la Palmyre a partagé cette information sur sa page Facebook. Depuis jeudi 11 janvier, Vienna refusait de s’alimenter et dès le lendemain, vendredi, l’animal se déplaçait avec difficulté, présentant selon les soigneurs du parc un « état léthargique ». Suspectant une maladie digestive, les vétérinaires ont décidé d’anesthésier l’animal le samedi afin de réaliser des examens de santé. Les analyses se sont bien déroulées et l’ours polaire s’est réveillée comme prévu. Malheureusement, elle est décédée quelques heures plus tard.

Les causes exactes de sa mort sont méconnues : l’autopsie réalisée sur le cadavre a conclu qu’une perforation digestive était la cause du décès. Pourtant, aucun corps étranger n’a été retrouvé. L’examen a également révélé plusieurs lésions au niveau des poumons, du cœur, de l’estomac et de la vésicule biliaire. « Des échantillons ont été prélevés et sont en cours d’analyse », indique le zoo, suspectant toutefois l’âge avancé de Vienna comme responsable de ces dommages. Pour rappel, l’espérance de vie des ours polaires est de 15 à 30 ans.

Arrivée en novembre 2016

Vienna résidait au zoo de la Palmyre depuis novembre 2016. Alors âgé de 28 ans, l’ursidé avait déjà présenté des problèmes de santé. A son arrivée, elle a été placée en quarantaine à cause de parasites intestinaux pour lesquels elle a reçu plusieurs traitements. L’ours polaire présentait également une blessure à la patte arrière, mais l’équipe médicale l’a rapidement soignée.

D’ordinaire solitaires, les ours polaires aiment la tranquillité. Vienna occupait donc un enclos isolé des deux autres ours polaires du parc, la femelle Tania et le mâle Moni. Cet enclos n’était pas visible du public.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here