La liste des naissances au zoo de la Palmyre, en Charente-Maritime, s’est encore allongée au cours des dernières semaines. Les équipes du parc ont vu naître un capucin à poitrine jaune, neuf tortues à éperons et trois oryx beïsa !

Le capucin à poitrine jaune, primate proche de l’extinction

zoo de la palmyre - naissances capucins
Il y a quelques mois, le zoo de la Palmyre annonçait les naissances d’un gorille des plaines de l’ouest, une espèce en danger critique d’extinction, et de tamarins lion dorés, eux aussi très menacés dans leur milieu naturel. Le parc a cette fois eu le plaisir d’officialiser la naissance d’un capucin à poitrine jaune (cebus xanthosternos), l’un des 25 primates les plus menacés du monde. Le sexe du petit, né le 17 mai 2016, n’a pas encore été révélé : il passe encore la plupart de son temps à dormir, accroché au dos de sa mère.
Il s’agit de la douzième naissance de capucin à poitrine jaune enregistrée par le zoo de la Palmyre depuis 2004, année au cours de laquelle le premier couple a intégré la singerie. A l’état sauvage, quelques centaines d’individus seulement subsistent dans la forêt brésilienne.

Pour la première fois à la Palmyre, naissance de tortues à éperons !

naissances oeufs tortues la palmyre
Les oeufs de tortues à éperons, placés en incubateur en septembre 2015, ont éclos fin mai ! Ces naissances représentent un succès inédit pour le parc, qui n’avait jamais reproduit l’espèce auparavant. En l’espace d’une semaine, neuf petits ont vu le jour. Ils ont été directement intégrés à la nursery du zoo de la Palmyre, où les visiteurs peuvent les voir évoluer dans un terrarium adapté. Lorsqu’ils auront atteint une taille suffisante, ils seront transférés dans le vivarium, avec leurs congénères.
La tortue à éperons, aussi connue sous l’appellation de tortue sillonnée, est la plus grande tortue terrestre africaine. A l’âge adulte, elle pèse une centaine de kilogrammes pour 60 à 80 cm de long. Son aire de répartition, très étendue au début du XXème siècle, s’est largement réduite au cours des dernières décennies : urbanisation, feux de brousse, instabilité politique, consommation locale ont conduit l’espèce à être classée « vulnérable » par l’UICN.

Trois oryx beïsa agrandissent le troupeau

naissances bébé orys - zoo de la palmyre
Le zoo de la Palmyre présentait cinq oryx beïsa (oryx beisa) ; son troupeau en compte désormais trois de plus. Après 8 mois et demi de gestation, un mâle et deux femelles sont en effet nés de trois mères différentes entre le 8 et le 16 juin 2016. Ils se trouvent dans leur parc, en face de l’enclos des girafes.
A l’état sauvage, les oryx beïsa subissent les mêmes menaces que les tortues à éperons. Principalement présents dans les pays constituant la Corne de l’Afrique (Somalie, Ethiopie, Erythrée, Djibouti), il est également possible d’observer quelques troupeaux plus au sud, au Kenya et en Tanzanie. Le zoo de la Palmyre participe activement à la préservation de l’espèce ; en janvier 2015, un oryx beïsa mâle avait été transféré jusqu’à Djibouti, où les représentants de l’espèce ont presque disparu, victimes du braconnage et du sur-pâturage.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here