Le petit singe est né dans la nuit du 26 octobre 2018. Toute la famille se porte bien et le bébé commence même à goûter la nourriture des adultes tout en continuant à téter sa mère.

Bébé cercopithèque (La Palmyre)

La famille des cercopithèques s’agrandit

Après l’arrivée exceptionnelle d’une petite lémur aux yeux turquoises en 2017, d’un capucin à poitrine jaune, de tamarins lions dorés et d’un gorille des plaines de l’Ouest en 2016, les équipes de ce parc animalier de Charente-Maritime célèbrent à nouveau la naissance d’un bébé primate. Cette fois, c’est la famille cercopithèque qui s’agrandit : l’une des deux femelles que compte le zoo a en effet mis bas dans la nuit du 26 octobre. La mère est une femelle âgée de 7 ans née au zoo d’Ústí nad Labem, en République tchèque, et le père est un mâle de 6 ans, lui aussi né dans un zoo tchèque : le zoo de Plzeň.

Sevrage vers l’âge de 1 an

A la naissance et comme tous ses congénères, le bébé cercopithèque présente un pelage gris-jaune qui deviendra plus foncé en grandissant. Adulte, il arborera également une bande de poils orangés en forme de croissant sur le front ainsi qu’une barbe blanche sur le menton. Aujourd’hui âgé d’un peu plus d’un mois, le petit continue de téter sa mère et « se porte bien », rassurent les équipes du zoo. Il commence même à ajouter à sa nourriture des aliments mangés par les adultes comme par exemple des feuilles et des fruits. Il sera parfaitement sevré vers l’âge de 1 an et mature sexuellement à partir de 5 ans.

Famille cercopithèque

Les cercopithèques de Brazza dans la nature

A l’état sauvage, le singe de Brazza – Cercopithecus neglectus – est un primate plutôt commun en Afrique centrale, autour du bassin du Congo, au Kenya et en Ethiopie. Ce singe arboricole passe la grande majorité de son temps dans les arbres des forêts humides de son aire de répartition, même s’il lui arrive de descendre parfois au sol pour chercher de la nourriture. Si l’espèce ne figure pas sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), elle court toutefois plusieurs dangers. Les cercopithèques de Brazza sont par exemple chassés pour leur viande ou abattus en représailles lorsqu’ils s’attaquent à des cultures, et leur habitat naturel subit les pressions des activités humaines.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here