Décidément, le carnet rose de ce parc animalier de Loire-Atlantique se remplit bien depuis le printemps ! Après l’arrivée de deux bébés binturongs en mars, d’autres petits sont nés récemment.

Naissance de saïmiris à la Boissière-du-Doré

Cinq petits saïmiris sont nés depuis le 15 mai

La famille des pensionnaires du zoo de la Boissière-du-Doré continue de s’agrandir avec, ce printemps, plusieurs nouvelles naissances au compteur.

Quatre louveteaux en avril

C’est la saison des petits du côté des loups du Canada : quatre louveteaux de Mackenzie sont nés le 18 avril dernier, soit quelques jours seulement après un bébé au parc Alpha, dans le Mercantour, et dont nous vous parlions il y a peu. Le père, Kenzi, arbore un pelage gris-ocre tandis que la mère Lakota, une jeune femelle arrivée en 2017, est toute noire. Pour l’instant, les bébés sont tous noirs, mais il faut attendre encore plusieurs semaines avant de connaître quel sera leur pelage définitif. Car chez les loups canadiens, plusieurs fourrures sont possibles : blanche, noire ou grise. On ne saura leur sexe qu’une fois réalisé le premier examen médical, dans le courant de la semaine. Il faut dire que les petits ont su se faire discrets jusqu’à présent, bien cachés à l’abri de leur tanière avec leur mère. Ils ne se sont aventurés à l’extérieur que pour visiter leur enclos à l’âge de 1 mois, c’est-à-dire il y a un peu plus de deux semaines seulement.

Ânon et saïmiris complètent ce carnet rose bien chargé

Anon zoo de la Boissière-du-Doré

Il s’agit d’une petite ânesse, née le 31 mai

Jeudi 31 mai, les soigneurs ont eu la surprise de découvrir qu’une petite ânesse était née pendant la pause déjeuner ! La juvénile rejoint ainsi les autres pensionnaires de la mini-ferme que sont les lapins nains, les alpagas, les chèvres et autres cochons.

Du côté des primates, aussi, le groupe s’agrandit : cinq bébés saïmiris à tête noire ont en effet vu le jour entre le 15 et le 29 mai. Bien que tout petits, ces nouveau-nés sont particulièrement imposants par rapport à la taille de leurs parents : en comparaison, c’est comme si un humain mettait au monde un bébé de 9 kilos ! Heureusement pour elles, les femelles n’ont en général qu’un seul petit par portée. Dans la nature, cette espèce de singe vit en groupe d’une vingtaine d’individus dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud.

Articles Connexes