Le petit a vu le jour dans la nuit du 4 au 5 octobre dernier. Il s’agit du troisième bébé de ce couple formé il y a seulement quatre ans.

Naissance saki à face blanche

Après la naissance d’un bonobo cet été, le carnet rose de la Vallée des Singes s’allonge à nouveau ! Les soigneuses qui s’occupent des sakis à face blanche ont eu une belle surprise vendredi 5 octobre. En arrivant sur les lieux, le matin, elles ont découvert… un bébé accroché à une femelle !

Troisième naissance en quatre ans

Le petit est né dans la nuit de jeudi 4 au vendredi 5 octobre. Ses parents sont Guinan, un mâle né en 2000 en Guyane, et Juma, une femelle âgée de 8 ans et provenant du zoo de Marwell, près de Winchester, en Angleterre. Ensemble depuis quatre ans, le couple a déjà donné naissance à trois bébés sakis à face blanche. Le dernier né rejoint donc une fratrie composée des parents et de deux frères, dont Tupai, âgé d’un an et demi, est l’aîné. Ce dernier, qualifié de « très joueur » par l’équipe de la Vallée des Singes, devrait se réjouir de l’arrivée d’un nouveau petit frère. Mais « en attendant, il doit apprendre à partager sa mère, rappelle le parc animalier. Juma est une maman poule, très protectrice et qui cède tout à ses enfants. Généralement, cela donne des petits qui ont du mal à se détacher de leur maman et qui ont un caractère bien trempé comme Tupai. »

Un bébé élevé par sa mère

Mère saki à face blanche

Mais il est encore trop tôt pour connaître le tempérament de ce nouveau petit. « Pour l’instant, le bébé ne bouge pas beaucoup, explique en effet la Vallée des Singes. Il reste accroché à sa mère et est bien caché dans ses poils. On ne voit sa tête que lorsqu’il bouge pour aller téter. » Impossible aussi de connaître son sexe, le parc refusant de déranger la mère et son petit sous n’importe quel prétexte. « Parfois le sexe est identifié dès le premier jour, et parfois, il faut attendre plusieurs semaines […] C’est un coup de chance, il faut tomber dessus au bon moment. » Lorsque cela sera fait, ce sont les soigneurs qui voteront pour lui trouver un nom. A noter que ces primates présentent un dimorphisme sexuel : malgré le nom de l’espèce, ce ne sont que les mâles qui arborent un masque blanc contrastant avec le pelage noir du reste de leur corps. Les femelles, elles, sont grises avec une trace jaune-orange de chaque côté du nez. Lorsqu’ils naissent, tous les bébés sakis à face blanche ont les mêmes couleurs que leur mère afin de mieux se camoufler dans leur pelage. « Les jeunes mâles changent de couleur au bout de quelques mois, lorsqu’ils deviennent moins vulnérables aux yeux des prédateurs », précise la Vallée des Singes.

Le saki à face blanche

Ce singe originaire d’Amérique du Sud est arboricole, c’est-à-dire qu’il passe le plus clair de son temps dans les arbres. C’est là qu’il trouve sa nourriture – des baies, des fruits, des fleurs et des feuilles pour l’essentiel et parfois de petits mammifères ou oiseaux – mais également un refuge pour se protéger, lui et sa famille, des prédateurs. Les sakis à face blanche vivent en petits groupes familiaux avec les parents et deux à trois petits en moyenne.

Articles Connexes