La Vallée des Singes, située dans le département de la Vienne (86), a annoncé vendredi 3 juin la naissance de deux bébés tamarins empereur. Ces nouveaux pensionnaires viennent enrichir la liste de 400 singes évoluant en semi-liberté dans le parc animalier.

Saguinus imperator

La nouvelle a été officialisée par les équipes de la Vallée des Singes : deux bébés tamarins empereur sont nés le 31 mai dernier. La portée a été mise au monde par une femelle âgée de deux ans, originaire d’un parc allemand ; elle a rejoint le Poitou en 2015. Le père est quant à lui âgé de quatre ans et est né dans le parc français. Bien qu’il n’ait jamais eu ni frère, ni soeur pour lui montrer l’exemple, il s’occupe très bien de ses petits. En effet, chez les tamarins empereur, les mâles prennent en charge les nouveau-nés afin de laisser la mère se reposer après la mise au monde.
Le tamarin empereur est originaire d’Amérique du Sud. La longue moustache blanche qu’il porte, contrastant fortement avec son visage noir, est à l’origine de son appellation. Elle fait référence à la mode lancée par le dernier empereur allemand, Guillaume II, au début du XXème siècle.

16 hectares de semi-liberté pour les primates

Depuis son inauguration en 1998, la Vallée des Singes a enregistré plus de 700 naissances, dont certaines sont extrêmement rares en captivité. Ce taux de reproduction s’explique probablement en partie par les conditions de vie des 400 singes du parc : ils évoluent en semi-liberté sur un territoire de 16 hectares. Ouistitis à face blanche, singes hurleur, bonobos, gorilles… Les visiteurs pénètrent directement sur le territoire des primates et ont l’opportunité de les observer au plus près, sans cage ni barrière.

La Vallée des Singes fait partie des neufs zoos européens à accueillir des bonobos, espèce en danger d’extinction selon l’UICN. Mieux encore, le groupe présent au parc est le plus grand du monde : il compte une vingtaine d’individus et s’agrandit régulièrement. Depuis 2012, cinq naissances ont été enregistrées. Aucun autre parc français ne présente cette espèce à ses visiteurs.

Articles Connexes