Quatre femelles sont nées le 23 février 2019. Ces petites loutres cendrées sont visibles du public depuis peu. Mais, attention, pas toujours ! A leur âge, elles cherchent encore souvent repos et tranquillité à l’intérieur de leur loge ou bien cachées dans leur enclos.

Bébé loutre Zoo de Lyon

La famille loutres du Parc de la Tête d’Or à Lyon vient de s’agrandir. Fin février, quatre bébés loutres sont en effet nés de la femelle Pada et du mâle Naba. Il s’agit de la troisième portée de ce couple de loutres cendrées. L’une de leur petite de la portée précédente – âgée de 8 Mois – vit d’ailleurs aujourd’hui encore avec eux. Elle partira prochainement pour fonder sa propre famille dans un autre zoo européen.

Une naissance en toute discrétion

La gestation de Pada était connue des soigneurs animaliers et de la vétérinaire de Lyon. « Nous avions observé des accouplements répétés et constaté la prise de poids conséquente de la femelle dans les deux semaines précédant la mise bas. Donc nous attentions la naissance à quelques jours près », raconte le Parc de la Tête d’Or.

Famille loutres (Lyon)

La mise bas s’est déroulée en toute discrétion, en commençant pendant la nuit. « Nous sommes arrivés un matin et il y avait deux petits encore mouillés dans le nid ainsi que le placenta au sol, poursuit le Zoo de Lyon. Nous avons donc contrôlé visuellement la vitalité des petits et laissé le groupe au calme. Et quand nous sommes revenus contrôler une heure plus tard, deux petits supplémentaires avaient rejoint le groupe et la mère les avait nettoyés et séchés. »

En bonne santé

Pour garantir leur tranquillité, les petits n’ont pas été manipulés par les soigneurs. « Nous intervenons le moins possible pour laisser faire la nature. Nous ne voudrions pas que la femelle délaisse ses petits parce que nous les avons touchés trop tôt », commente Pierre Maccagnan, chef animalier du Parc de la Tête d’Or.

Bébés loutres Tête d'Or
Les bébés loutres le 7 mai 2019.

Il a fallu donc attendre un peu avant de procéder au premier examen vétérinaire. Ce dernier a permis de confirmer que les bébés loutres étaient tous en bonne santé et qu’il s’agissait de quatre femelles. La vétérinaire en a profité pour les pucer, les vermifuger et les peser.

« C’est le soigneur qui les a découvertes qui leur choisira un nom. En général, les prénoms choisis ont un rapport avec les pays où vit l’espèce dans la nature. Pour l’instant, rien n’a encore été fixé », ajoute le chef animalier.

Premier bain

Pendant les premiers instants de leur vie, les loutrons sont restés à l’abri, dans leur espace intérieur, avec leur mère. Ils sont sortis pour la première fois dans leur enclos extérieur – qu’ils partagent avec les binturongs – début mai.

« Cependant, jusqu’au sevrage au moins, le groupe de loutres a la possibilité de rentrer quand il veut en intérieur pour plus de confort. Elles ne sont donc pas tout le temps visibles. Mais depuis quelques jours, les petits sont beaucoup plus mobiles et se déplacent seuls en suivant leurs parents. Certains d’entre eux se sont même déjà baigné ! »

Bébé loutre à Lyon

Pour apprendre à nager progressivement, de petits canaux sillonnent leur enclos. Un excellent moyen pour ces bébés loutres de démarrer leur apprentissage sans se jeter dans le grand bain du premier coup.

Les loutrons grandissent vite. En moins de deux mois, ils ont déjà commencé à inclure du poisson dans leur régime alimentaire, tout en continuant à téter le lait maternel. D’ici peu, ils seront prêts à voler de leurs propres ailes.

Etant donné qu’il s’agit de femelles, elles sont susceptibles de rester plus longtemps dans le parc animalier. « En général, nous voulons que les femelles assistent à une portée de leur mère, pour voir comment s’occuper des petits », souligne Pierre Maccagnan. Les visiteurs ont donc encore plusieurs mois devant eux pour venir les observer au Parc de la Tête d’Or.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here