Deux ans seulement après avoir été créée, cette nouvelle zone du safari parc dédiée à l’Amérique du Sud vient d’être agrandie. De quoi faire de la place à de nouveaux pensionnaires…

Saki à face blanche

Mâle saki à face blanche, dans le Sentier des Incas de Planète Sauvage

Inauguré en 2016, le Sentier des Incas est la cinquième zone de Planète Sauvage avec la Piste Safari, la Cité marine, le Chemin de la brousse et le Temple de la jungle. Dans cet univers dédié à l’Amérique du Sud évoluent des saïmiris (ou singes écureuils), des tapirs terrestres, des alpagas, des coatis roux, des flamants rouges de Cuba ou encore des aras de Buffon.

Trois nouvelles espèces de primates

Hurleur roux et tamarin bicolore

A gauche, un hurleur roux et à droite, un tamarin bicolore

Ce parc animalier situé à une quinzaine de minutes de Nantes a décidé d’agrandir sa nouvelle zone et d’en doubler la superficie. L’objectif : accueillir de nouvelles espèces emblématiques de cette région du Globe à commencer par trois nouvelles espèces de singes : le hurleur roux, le tamarin bicolore et le saki à face blanche. Surnommé « baboune » en Guyane, le singe hurleur roux se caractérise par un puissant cri qu’il pousse afin de marquer son territoire. Il s’agit de l’un des plus grands primates d’Amérique du Sud : à l’âge adulte, le mâle – plus imposant que la femelle – peut mesurer jusqu’à 70 cm (sans compter la queue pouvant aller jusqu’à 75 cm) et peser 6,5 kg. Plus petit – 20 à 28 cm sans la queue pour un poids inférieur à 500 gr – le tamarin bicolore est une espèce menacée endémique d’une toute petite partie du Brésil : la région du Manaus. Ce singe vit dans la forêt tropicale et fait partie des espèces « en danger » selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Dernier primate à rejoindre le Sentier des Incas : le saki à face blanche. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, seul le mâle a véritablement une face blanche qui contraste avec le pelage noir du reste du corps. La femelle, quant à elle, est entièrement brune. Les plus gros gabarits mesurent 38 cm (hors queue qui peut aller jusque 45 cm) et pèsent jusqu’à 2,3 kg.

Ibis rouges et kamachis à collier

En plus de ces trois espèces de primates, Planète Sauvage accueille également deux nouvelles espèces d’oiseaux : le kamichi à collier, un proche parent du canard et de l’oie qui peut tout de même atteindre les 95 cm de haut pour un poids de plus de 4 kg, et l’ibis rouge, un oiseau aux couleurs flamboyantes dues à son régime alimentaire riche en caroténoïdes.

Un « belvédère d’observation » a par ailleurs été construit dans le Sentier du Incas pour avoir une vue imprenable sur le safari. « Il donne directement sur la plaine des antilopes et des girafes, l’occasion d’observer ces dernières à leur hauteur ! », souligne Planète Sauvage dans un communiqué.

Décidément, l’année 2018 semble placée sous le signe de la nouveauté pour ce parc animalier. Début avril, il annonçait en effet l’arrivée d’une nouvelle sous-espèce de lions : les lions d’Angola. Soyo, un mâle de 2 ans, Freja, une femelle du même âge, le jeune Mayumbe, 1 an et demi et ses deux sœurs âgées de 9 mois, Saya et Seronga.

Articles Connexes