Un répit a été accordé au parc zoologique par le tribunal de grande instance de Metz. Ce dernier a en effet rejeté le 12 décembre 2018 la requête de liquidation judiciaire.

Répit pour le zoo d'Amnéville

Mercredi 12 décembre 2018, le tribunal de grande instance (TGI) de Metz a rendu sa décision très attendue au sujet de la poursuite ou non des activités du zoo d’Amnéville. Et les nouvelles sont plutôt bonnes.

Pas de liquidation judiciaire immédiate

Le placement en liquidation judiciaire réclamé initialement par le commissaire chargé de vérifier la gestion des finances du parc a été rejeté. La chambre commerciale du TGI a préféré, à la place, accepter la proposition faite par le zoo en octobre dernier. C’est un immense soulagement pour la direction, qui bénéficie ainsi d’un nouveau délai supplémentaire pour apurer ses dettes. Celles-ci s’établissent désormais à environ 53 millions d’euros. « Nous sommes confiants. Nous allons pouvoir remonter la pente en regagnant des visiteurs », a déclaré le directeur Michel Louis au Républicain Lorrain.

Un été compliqué

A sa demande, le zoo d’Amnéville a été placé en redressement judiciaire à l’été 2016. Afin d’éviter sa liquidation, il s’est engagé à solder ses dettes pas à pas, à raison de dix annuités au lieu de sept prévues initialement. Malheureusement, il n’a pas pu s’acquitter de la deuxième, celle de juillet 2018. Sa trésorerie, amputée par une saison estivale médiocre, ne le permettait pas. Il faut dire que la fréquentation du zoo d’Amnéville a subi un sérieux revers cet été, en raison de la canicule du mois d’août. « Le parc a accueilli 400 000 visiteurs depuis le début de l’année – moins que les saisons précédentes – alors que la moyenne annuelle tourne autour des 600 000 », écrivait à ce sujet Lorraine Actu en octobre dernier.

Un répit nécessaire

« Nous avons proposé de réduire la deuxième annuité de 8 % du montant de la dette, à 3 % et de reporter les 5 % restant sur les deux dernières années, détaille Me Trézic, avocat du zoo d’Amnéville. Nous avons aussi demandé que les intérêts courus sur les prêts à plus d’un an soient payables en deux fois lors de la neuvième et de la dixième année. » Ce répit est plus que bienvenu pour le parc et sa centaine de salariés. Et qui sait, la saison de Noël pourrait rattraper le coup : le zoo d’Amnéville reste ouvert toute l’année.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here