Le Domaine de Thoiry, dans les Yvelines, a été le théâtre d’un événement sordide dans la nuit de lundi à mardi : des braconniers se sont introduits par effraction dans le parc zoologique, ont abattu un rhinocéros blanc et lui ont coupé l’une de ses cornes.

un rhinocéros blanc

Europol avait mis en garde les parcs zoologiques européens fin 2011 contre un possible vol de corne de rhinocéros mais aucun cas n’avait été à déplorer en France. C’est malheureusement chose faite. Mardi 7 mars au matin, à environ 9h30, un rhinocéros blanc a été retrouvé mort au Parc de Thoiry. Trois balles auront eu raison de Vince, jeune mâle âgé de 4 ans dont la corne a sans doute été coupée à l’aide d’une tronçonneuse. Les malfaiteurs étaient vraisemblablement bien organisés : ils ont pu pénétrer dans l’enceinte du parc en « forçant l’une des grilles extérieures proches de la Plaine Africaine, se sont ensuite dirigés vers le bâtiment des rhinocéros blancs dont ils ont forcé la porte métallique et ont fracturé une porte intermédiaire » afin d’accéder aux loges des animaux.

Vince vivait à Thoiry depuis mars 2015. Gracie et Bruno, les deux autres rhinocéros blancs du Domaine de Thoiry, n’ont pas été blessés pendant l’attaque, peut-être parce que les braconniers ont rencontré un problème, raison pour laquelle la seconde corne de Vince n’aurait été qu’à moitié coupée. Le Domaine de Thoiry a fait savoir que « l’ensemble du personnel est extrêmement choqué » et que la direction comptait porter plainte. La brigade de gendarmerie de Mantes-la-Jolie devrait être chargée de l’enquête.

Les rhinocéros blancs, une espèce menacée d’extinction

Malgré l’absence de preuve scientifique, la corne de rhinocéros est considérée comme un puissant aphrodisiaque en Asie et, une fois réduite en poudre, peut se vendre plusieurs dizaines de milliers de dollars par kilogramme. La multiplication des mesures de protection, la meilleure formation des rangers et les programmes de sensibilisation permettent tout juste, à ce jour, de freiner le phénomène : en Afrique du sud, pays abritant l’essentiel des populations de rhinocéros d’Afrique, le braconnage a reculé de 10 % entre 2015 et 2016. Les statistiques restent toutefois éloquentes : plus de 1000 rhinocéros sont abattus chaque année contre 13 seulement en 2007.

Plusieurs pays d’Afrique, comme le Zimbabwe ou la Namibie, ont pris la décision de « décorner » les rhinocéros afin de décourager les braconniers. L’opération, vue récemment dans « une saison dans la savane« , est indolore pour l’animal mais peut se révéler inutile car les braconniers ne souhaitent pas perdre de temps à suivre les pistes de ces animaux inutiles : lorsqu’ils en trouvent un, ils n’hésitent pas à l’abattre. Si l’efficacité de cette méthode est donc contestée à l’état sauvage, peut-être faudra-t-il un jour en venir à la pratiquer en parc animalier… y compris dans un parc français comme celui de Thoiry, situé à quelques dizaines de kilomètres de Paris, que l’on pensait à l’abri de tout risque.

Articles Connexes