Makis cattas, binturongs, chiens de prairie, aras et suricates… De nombreux nouveaux pensionnaires arriveront cette année dans le zoo d’Argelès-Gazost (Hautes-Pyrénées).

Suricates au Parc animalier des Pyrénées

Ce n’est pas parce qu’il trône au cœur des Pyrénées, dans un fantastique paysage de montagnes que le Parc animalier des Pyrénées accueille uniquement une faune montagnarde. Certes, bouquetins des Alpes, ours bruns, marmottes et autres isards gambadent sur ces terrains, mais aussi d’autres animaux originaires du reste du monde. D’ailleurs, toutes les nouvelles espèces qui arrivent au Parc animalier des Pyrénées cette année sont plutôt… exotiques.

Binturongs, chiens de prairie et suricates

Commençons par les binturongs ! Aussi appelée « chat-ours », cette espèce arboricole originaire d’Asie du Sud-Est n’est pas très connue du grand public. Pourtant, elle est remarquable à plus d’un titre et les visiteurs du Parc animalier des Pyrénées pourront le constater dès l’ouverture le 30 mars 2019. Une jeune couple – une femelle du zoo de la Boissière-du-Doré et un mâle  du zoo d’Edimbourg (Ecosse) – investiront l’enclos occupé jusqu’à présent par les pandas roux, face à la montagne du Hautacam. « Ils ne se connaissent pas encore mais comme il s’agit de jeunes binturongs, la mise en contact sera plus facile, détaille le parc animalier. Nous avons prévu deux loges séparées et ils partageront le même enclos sous la surveillance de nos soigneurs. »

Non loin de là, à la fin de la zone « Terre des carnivores », prendra bientôt place un groupe de six suricates – 5 femelles et un mâle – originaires du Parc animalier d’Auvergne. Tous sont jeunes et ont été placés en quarantaine afin de s’assurer de leur bon état de santé. Mais avant le 30 mars, ils rejoindront leur nouvel espace. « L’enclos reconstitue leur biotope avec notamment du sable rouge et deux termitières », détaille le parc.

Sur la partie haute du zoo, à proximité de la zone de semi-liberté réservée aux espèces emblématiques de la montagne, une autre nouvelle espèce fait son entrée. Il s’agit des chiens de prairie. Six jeunes – actuellement en quarantaine comme les suricates – seront en effet placés dans un enclos dédié et visibles non seulement depuis le côté visiteurs de jour mais aussi depuis la chambre « enfants » du nouvel écolodge « Le Refuge ».

Makis cattas (Pyrénées)

Nouvelle volière immersive pour les makis cattas

Autre nouveauté de taille : la construction d’une toute nouvelle volière immersive. D’une superficie de 500 mètres carrés, elle permettra aux visiteurs de plonger dans un paysage typique de l’île de Madagascar avec notamment des bananiers, des palmiers, du sable et même une cascade. Et qui dit Madagascar dit… lémuriens ! Justement, le plus célèbre des lémuriens en parc animalier débarque dans les Pyrénées : le maki catta. Huit jeunes mâles arriveront en effet courant du mois de février en provenance du zoo d’Apenheul, aux Pays-Bas.

Cette nouvelle volière se situe à côté de la mini-ferme et de l’aire de pique-nique. Elle sera connectée à celle des conures soleil par un sas. « Près de trois mois de travaux sont nécessaires, tout sera prêt pour l’ouverture du parc », assure-t-il.

Immersion dans l’Amazonia

Le parc animalier accueille également depuis peu deux couples de perroquets : des aras macao – une femelle originaire du zoo de la Boissière-du-Doré et un mâle du parc du Reynou – et des aras ararauna, transférés depuis la Réserve africaine de Sigean. Les quatre oiseaux seront présentés dans le dernier espace de visite dédié à la forêt amazonienne et baptisé « Amazonia ». Ils cohabiteront avec d’autres espèces comme les tamarins lions, les ouistitis à toupets blancs et les titis roux. « Les perroquets sont la seule nouveauté de cet espace, rappelle le Parc animalier des Pyrénées. Le biotope et la présentation des espèces ont été repensés afin qu’il soit représentatif de la faune amazonienne. »

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here