Pandas roux, loutres cendrées et pélicans frisés font leur entrée, tandis que la zone « Guyane » a entièrement été revisitée pour se transformer en « Rainforest ». Découvrez le programme.

Bouquetin Pyrénées

Un bouquetin dans les Pyrénées

Pour sa réouverture le 31 mars prochain, le Parc animalier des Pyrénées a vu les choses en grand : plusieurs nouveautés sont en effet au programme, dont l’arrivée de nouveaux pensionnaires très attendus. De quoi ravir les visiteurs de ce zoo de plus de 600 animaux et 100 espèces, situé à une dizaine de minutes de Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées.

Pandas roux et loutres cendrées

Après l’arrivée des tayras (ou martres à tête grise) en avril 2017 et de l’ocelot au mois de mai de la même année, de nouvelles espèces débarquent au Parc animalier des Pyrénées : les pandas roux et les loutres cendrées. Elles seront installées dans des enclos voisins l’un de l’autre, au sein d’une zone rebaptisée pour l’occasion « petits carnivores ».

Pandas roux au Parc animalier des Pyrénées

Deux femelles pandas roux arrivent en mars 2018

Ce sont deux femelles pandas roux que s’apprête à accueillir le parc. Confiées par le zoo de Beauval, elles prendront place courant du mois de mars dans l’ancien enclos des coatis roux, entièrement réaménagé pour l’occasion. Ces petits mammifères vivent généralement en altitude, dans les forêts de l’Himalaya et en Chine (Asie). Pour leur plus grand confort, leur nouvel enclos du Parc animalier des Pyrénées a été repensé afin de reproduire les conditions de leur habitat naturel.

A quelques pas de là, face au massif du Hautacam, se trouveront les loutres cendrées. Avec une taille à l’âge adulte comprise entre 36 et 45 cm, cette loutre originaire d’Asie est aussi appelée « loutre naine ». Elle vit généralement dans les régions côtières, les lacs, les rivières, mais aussi les mangroves et les marais. Parce qu’elle se nourrit principalement de crabes, mollusques et de poissons, elle appartient à la famille des carnivores.

Les pélicans frisés déploient les « ailes de la nature »

Pélican frisé

Autre invité de marque de cette nouvelle saison 2018 : le pélican frisé (pelicanus crispus). Cet oiseau – l’un des plus lourds au monde à pouvoir voler – prendra place dans la zone des « ailes de la nature », à l’entrée du parc, aux côtés des flamants roses et des cigognes blanches. Un bassin végétal, avec un ilot central composé de rochers, est actuellement en construction et sera prêt fin mars.

Il pourra ainsi accueillir cette espèce classée « quasi menacée » depuis 2017 par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et qui fait l’objet d’un programme d’élevage européen (EPP) auquel participe le Parc animalier des Pyrénées.

Plongée au cœur des forêts tropicales avec la « Rainforest »

Inaugurée en 2014, la zone « Guyane » du parc accueillait jusqu’à présent plusieurs espèces endémiques de l’Amérique du Sud, et particulièrement de la Guyane. A partir de 2018, cet espace fait peau neuve et devient la « Rainforest », que l’on peut traduire par « forêt humide ». Désormais, toutes les espèces vivant dans les forêts tropicales du monde entier peuvent potentiellement y trouver refuge. Les loutres géantes et saïmiris devront donc faire de la place à de nouvelles espèces en provenance d’autres régions du monde. « L’occasion pour nous de sensibiliser les visiteurs à la protection d’espèces comptants parmi les plus menacés au monde, comme l’étourneau de Bali », explique le parc. A la fin de la visite, une exposition temporaire sur les oiseaux chanteurs d’Asie du Sud-Est sera également proposée.

Les autres nouveautés 2018

L’espace « restauration » a lui aussi été entièrement revisité et remplacé par une « place du village » depuis laquelle les visiteurs pourront se détendre et se restaurer tout en profitant d’une vue imprenable sur les Pyrénées. Situé à mi-parcours, à côté de la mini-ferme, un tout nouveau snack-bar proposant une vaste offre de restauration rapide sera en effet inauguré lors de la réouverture du parc. Côté hébergement, quelques nouveautés sont aussi à prévoir : après « La Tanière » pour les ours bruns et « La Cabane du trappeur » pour les loups, un troisième écolodge sera inauguré courant 2019. Baptisé « Le Refuge », il sera dédié aux marmottes, les stars du parc.

Articles Connexes