parc animalier pyrénées ours

Historique du Parc animalier des Pyrénées

Le Parc animalier des Pyrénées a été inauguré en 1999 à Ayzac-Ost, petite commune des Hautes-Pyrénées située à une dizaine de minutes de Lourdes. Initialement appelé « La colline aux marmottes », ce zoo a la particularité d’être implanté en montagne : les porte-bébés y sont recommandés au détriment des poussettes et il est préférable d’être en bonne forme physique pour en aborder certaines portions. Cependant, le public ne s’y trompe pas : en 2015, le parc a été élu 3ème plus beau zoo de France, juste derrière le ZooParc de Beauval et le Bioparc de Doué-la-Fontaine. Le Parc animalier des Pyrénées a indéniablement acquis une réputation nationale, voire européenne !
Dès ses premières années d’existence, le Parc Animalier des Pyrénées s’est attaché à mettre en lumière la faune locale. Peu d’espèces étaient initialement visibles dans les enclos, mais ceux-ci se sont très nettement diversifiés à partir du milieu des années 2000. Serge Mounard, fondateur et directeur du parc, est désormais très fier de présenter près de 100 espèces différentes. Toutes sont observables à l’état sauvage dans la région… à l’exception de celles accueillies dans l’espace guyanais, ouvert en 2014 !

Chiffres clés

parc animalier des pyrénées

Année d’inauguration : 1999
Superficie : 14 hectares
Nombre d’animaux : 600 animaux d’environ 100 espèces différentes

Adresse
60 bis avenue des Pyrénées
65400, AYZAC-OST

Tarifs
18 € pour les adultes,
13 € pour les enfants (de 3 à 12 ans)

Les animaux présentés

La première partie de la visite est dédiée aux oiseaux. Intitulée « Les Ailes de la Nature », elle regroupe plusieurs volières ainsi qu’un grand espace où cohabitent cigognes, flamands roses et ibis chauves, une espèce qui fait partie des plus menacées au monde.

loutre parc des pyrénéesL’espace suivant, « Au fil de l’eau », marque un premier temps fort enthousiasmant et connaît un beau succès : il permet notamment de voir évoluer les loutres d’Europe dans leur bassin. Un point de vue « sous-marin » est offert grâce à une grande baie vitrée et, quelques mètres plus loin, une terrasse surplombe le bassin et fournit une nouvelle perspective. Avec un peu de chance, un soigneur effectuera le nourrissage des loutres lors de votre passage, ce qui vous permettra de les voir nager avec une grande aisance ou se dresser sur leurs pattes arrières. Cet espace accueille également d’autres espèces comme les ragondins, les ratons-laveurs ou les grèbes à cou noir.

En avançant, il faudra monter une courte allée dédiée aux serpents pour parvenir à l’enclos des marmottes. Ces dernières sont nombreuses et, surtout, impatientes : les visiteurs peuvent en effet pénétrer dans l’enclos et nourrir les petits rongeurs ! Peu farouches, les marmottes n’hésitent pas à monter sur les genoux des enfants et adultes. Les prétendants sont nombreux et il vous faudra peut-être attendre quelques minutes avant que n’arrive votre tour, mais il s’agit là d’une occasion immanquable de poursuivre la visite avec de nombreuses photos souvenirs !

colline-aux-marmottes

Une fois les marmottes rassasiées, les visiteurs devront chercher les renards et les lynx cachés dans leurs enclos respectifs ; ces animaux ne sont généralement pas très actifs la journée. La prochaine grande étape de la visite verra là encore se former un attroupement de visiteurs : la « Terre des Ours » permet d’observer ces imposants mammifères patauger dans un petit étang et attraper avec une grande agilité la nourriture lancée par un soigneur. Sans vitre ni grillage, uniquement séparés par une petite barrière et un simple fossé, les visiteurs profitent d’une proximité remarquable avec ces animaux emblématiques des Pyrénées. Fait notable : lors de notre visite, un soigneur était présent toute la journée, sans interruption, et se montrait très disponible pour répondre aux questions des visiteurs.
Une fois la Terre des Ours traversée, les visiteurs débouchent sur une aire de pique-nique et la « Ferme des Pitchouns », où les enfants peuvent approcher de nombreuses espèces animales de la ferme. Juste après cet espace, le chemin marque une bifurcation : le chemin « long » monte vers les hauteurs et est interdit aux poussettes, tandis que le chemin « court » traverse une volière, la « Vallée des rapaces ». Il est judicieux de visiter la volière, puis de faire demi-tour pour emprunter le chemin long ; en effet, si vous empruntez directement le grand parcours, vous raterez entre autres les vautours chauves, les vautours moines et les faucons crécerellettes.
Le chemin long emprunte un sentier escarpé menant aux « seigneurs des cimes », où les animaux évoluent en semi-liberté. Cerfs, bouquetins, isards, mouflons, chevreuils se côtoient ainsi. Beaucoup d’entre eux se tiennent loin du sentier mais les plus chanceux pourront voir un ou deux isards s’approcher à portée de bras.

chamois en hauteur

Bon à savoir : si l’aire de pique-nique de la Ferme des Pitchouns est saturée, il est possible d’emprunter ce sentier. Au sommet de la colline, après quelques minutes d’effort, vous trouverez quelques bancs et tables très probablement déserts.

En redescendant la colline, le sentier passe devant de nouvelles volières, qui abritent notamment les hiboux grands ducs et gypaètes barbus. En continuant, un beau point de vue surplombe l’enclos des lynx ; il y est plus facile de distinguer ces félins perchés dans les arbres.

lynx parc pyrénées

Enfin, l’enclos des loups achève la visite pyrénéenne avec un dernier temps fort. Baptisé « Au coeur de la meute », il est, au même titre que la Terre des ours, en permanence surveillé par un soigneur très disponible. Celui-ci nourrit par ailleurs les canidés de temps en temps : si vous avez de la chance, vous pourrez ainsi voir descendre les membres de la meute des hauteurs ombragées.
Enfin, la boucle du Parc Animalier des Pyrénées s’achève par un espace dédié à la faune guyanaise. Loutres géantes, primates et oiseaux menacés d’extinction sont mis à l’honneur dans de grandes serres reproduisant l’atmosphère de la forêt amazonienne.

loup zoo pyrénées

Programmes de conservation

voliere-aux-rapaces

En 2012, le Parc Animalier des Pyrénées a créé Pyrénées Conservation, une fondation visant à préserver la biodiversité locale. Celle-ci contribue notamment au financement de plusieurs EEP (programme européen d’élevage en captivité) : rien qu’entre 2014 et 2015, 45 000 € ont été levés afin de financer la réintroduction du bouquetin ibérique dans les Pyrénées. Le zoo a également soutenu, dans le même intervalle, des programmes concernant l’ours brun ou différents vautours, comme le gypaète barbu ou le percnoptère. Plusieurs dizaines de milliers d’euros sont ainsi versés chaque année à des acteurs de terrain.
Le parc participe à d’autres EEP, comme celui du faucon crécerellette, et favorise ainsi la sauvegarde d’espèces. Il a de plus recueilli plusieurs vautours fauves désormais incapables de voler : blessés par des éoliennes, ces oiseaux n’auraient pas survécu à l’état sauvage.

Autres services

Dès 2011, le Parc Animalier des Pyrénées a donné au public la possibilité de dormir dans un « écolodge » installé au coeur du territoire des loups. Cette « cabane de trappeur » faite de rondins de bois offre un confort douillet et, surtout, un point de vue inégalable sur la meute de loups, que le visiteur pourra contempler à l’envie du crépuscule au petit matin. Si cette possibilité est ouverte à un couple avec deux enfants, le second écolodge du parc ne peut, lui, accueillir que deux personnes. « Le refuge » offre un confort haut de gamme et, au travers d’une immense baie vitrée, une vue imprenable sur l’enclos des ours.

zoo pyrénées
A deux reprises lors du parcours, le visiteur traversera un musée taxidermiste reconstituant des scènes de la vie sauvage. Dans une atmosphère immersive, les animaux représentés permettront au public de voyager loin des Pyrénées : ours polaires, lions, caribous, léopards, rhinocéros et bien d’autres semblent prendre vie dans des décors saisissants de réalité.

Enfin, le parc dispose d’un snack au prix relativement abordable et, évidemment, d’une grande boutique qui vous permettra de quitter les lieux avec un souvenir !

Dernières actus du Parc animalier des Pyrénées

Articles Connexes