lemur natur'zoo mervent

Historique du Natur’zoo

Le premier zoo de Mervent fut inauguré en 1959 au cœur de la forêt du même nom. Fondé par Paul Basson, il abrite alors principalement des représentants de la faune européenne. En octobre 1998, les enclos sont dans un état déplorable et le zoo cesse son activité. Trois ans de travaux s’engagent : le parc est entièrement réaménagé et, en avril 2002, il rouvre enfin ses portes. Le Parc Zoologique et Paysager de Mervent est alors inauguré.
L’histoire ne s’arrête pas là : en 2007, le parc est racheté par Sébastien Laurent et Guillaume Romano, respectivement propriétaire et éthologue de l’Espace Zoologique de la Boissière du Doré. Là encore, d’importants investissements sont réalisés : 750 000 € permettent l’élaboration d’un nouveau parc. Le 5 avril 2008, le Natur’Zoo de Mervent ouvre ses portes au public. De nombreuses nouvelles espèces sont visibles (tigres, lions, watussis…) dans des espaces spécialement étudiés pour leur confort. Les lémuriens profitent par exemple d’un immense espace de 8 000 m², et une plaine africaine de 2 hectares accueille girafes, damalisques et autruches.
Non content de présenter de nouvelles espèces, les propriétaires se sont aussi donnés pour mission de mettre en valeur le massif forestier de Mervent, un site classé Natura 2000. Ils s’efforcent donc d’offrir de bonnes conditions de vie aux animaux tout en préservant l’environnement : plus qu’un nom, Natur’Zoo traduit un véritable souhait d’associer nature et animaux.

Les chiffres clés du parc animalier

Logo du Naturzoo de MerventAnnée d’inauguration : 2008
Superficie : 7 hectares
Nombre de visites : 60 000 par an
Nombre d’animaux : 300 animaux, pour environ 60 espèces différentes
Tarifs : 14,50 € pour les adultes, 9,50 € pour les enfants (de 3 à 12 ans).

Adresse
Natur’Zoo de Mervent
Le Gros Roc
85200 Mervent

Les animaux présentés par le Natur’Zoo de Mervent

La première partie du parc est dédiée à de grands carnivores : tigres, lycaons et lions profitent d’enclos de belle taille. Les deux premiers espaces sont boisés, ce qui permet aux animaux de profiter d’un bel environnement ombragé, alors que celui des lions est plus dégagé, recouvert d’une herbe épaisse et de quelques troncs couchés. Le visiteur peut observer ces espèces au travers de grandes baies vitrées. Si leurs emplacements ne permettent pas toujours aux visiteurs de voir les animaux, le Natur’Zoo s’assure ainsi que ces prédateurs puissent se soustraire au regard des visiteurs lorsqu’ils le souhaitent.
lion couché dans l'herbe

La visite se poursuit avec les pythons, les coatis, puis les nombreuses tortues de Floride et tortues sillonnées, et enfin un enclos où cohabitent suricates et porcs-épics. Dans cette zone, une petite installation de bois sensibilise les visiteurs aux excès de la production de l’huile de palme ou à la pollution plastique. La visite se poursuit avec la première volière du parc, où de nombreux aras évoluent.
Tortue sillonnée
En continuant, les premiers primates apparaissent : un petit groupe d’atèles à ventre blanc, espèce en danger critique d’extinction, se trouve au milieu d’un labyrinthe de cordages et de branches. Ce n’est toutefois qu’un avant-goût de ce que propose le Natur’Zoo de Mervent en matière de primates : un peu plus loin, le visiteur entre dans un grand espace de 8 000 m² pour vivre une expérience rare en Europe. Dans un immense espace vierge, des lémuriens (maki vari roux, maki catta, maki vari noir et blanc…) vivent en semi-liberté, dorment dans les arbres ou se nourrissent à quelques pas à peine des sentiers. Peu farouches, certains passeront même à portée de bras des visiteurs.

guepardsAu sortir de cette zone de semi-liberté, le Natur’Zoo de Mervent dévoile un autre de ses atouts : spectacle unique en Europe, un enclos où cohabitent ours Baribal et loups blancs d’Arctique. Ici, pas de baie vitrée pour observer les animaux, les visiteurs passent sur une grande passerelle surélevée qui leur offre une vue dégagée sur la zone. Pour être sûr d’observer les deux espèces, l’idéal sera toutefois d’arriver devant l’enclos en fin de journée, lorsque la température commence à baisser. A quelques pas de là, la première partie de la plaine africaine de 2 hectares se dévoile. Deux guépards sont cachés dans les hautes herbes. La seconde partie de cette zone sera visible plus loin et clôturera la visite : autruches, cigognes et damalisques évoluent là encore dans un grand espace, au plus près des visiteurs. Les plus téméraires pourront même caresser les girafes de Rothschild, qui n’hésitent pas à tendre le cou.
Natur'Zoo de Mervent - Plaine africaine
Le Natur’Zoo de Mervent propose à plusieurs reprises de traverser des enclos ou volières. La mini-ferme ravira les enfants, qui pourront nourrir ou caresser les diverses espèces domestiques du parc (ânes, chèvres, cochons d’inde, poules…). La volière africaine, avec ses flamands roses et ses ibis, est également en libre accès, tout comme l’enclos des wallabies de Bennett.

Au total, le parc compte près de 300 animaux d’une soixantaine d’espèces différentes. Les enclos sont très bien aménagés et entretenus, les animaux semblent bénéficier de bonnes conditions de vie. Enfin, les soignants sont très à l’écoute du visiteur : il est possible de les aborder lors du nourrissage des animaux, à partir du milieu de l’après-midi.

Programmes de conservation

Le zoo de Mervent participe à trois EEP (Programme d’Elevage Européen) afin d’assurer la reproduction des espèces : les saïmiris boliviensis, les lémurs varis roux et les lémurs vari noir et blanc. L’objectif d’un EEP est de constituer une base de données recensant tous les spécimens d’une espèce et de s’appuyer dessus pour gérer les transferts d’un parc animalier à l’autre. Ainsi, les populations se reproduisant en captivité ne souffrent pas de problèmes de consanguinité.
Le parc fait également partie d’une association fondée en 2013, la BMC (Boissière – Mervent – Conservation), dont le but est de soutenir « les programmes de protection des espèces animales menacées et de leurs milieux« . Pour chaque billet d’entrée, le parc reverse une partie de la somme à l’association, qui soutient à son tour divers projets. Lutte contre la déforestation en Afrique, lutte contre le trafic de primates en Amérique du Sud, écotourisme sur l’île de Madagascar, préservation des forêts en Asie du sud-est… Plusieurs actions ont déjà été menées.

Services proposés par le zoo

Tout au long du parcours, le zoo de Mervent met à disposition des aires de repos, où les visiteurs peuvent s’asseoir et manger à quelques pas des animaux. Le snack du parc pratique par ailleurs des prix abordables. Face à la plaine africaine, une aire de jeux a également été aménagée. Les enfants pourront notamment profiter d’une tyrolienne et d’un petit pont de singes. En fin de visite, une boutique permet évidemment de quitter les lieux avec un souvenir.

Le Natur’Zoo de Mervent est un parc de taille modeste, qui saura néanmoins surprendre ses visiteurs par sa promenade agréable et la qualité de ses enclos. Il faudra compter entre 2 et 3 heures pour en faire le tour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here