Elle était très attendue et la voici : la naissance d’un ocelot dans ce parc animalier des Pyrénées Atlantiques ! Un petit a pointé le bout de son nez le 14 juin 2019.

Bébé ocelot Zoo d'Asson

Le Zoo d’Asson a célébré le début de l’été avec une grande nouvelle : l’arrivée d’un petit ocelot ! Le parc animalier situé près de Pau l’a annoncée sur Facebook le 21 juin.

Un bébé ocelot au Zoo d’Asson

« A ce jour, seul un autre ocelot est né en Europe en 2019 », s’est félicité le Zoo d’Asson. Il est vrai que les naissances de ce petit félin sud-américain ne sont pas courantes en captivité en Europe. Non seulement l’espèce est peu commune dans les parcs zoologiques, mais ceux qui la présentent doivent aménager des enclos adaptés à la reproduction.

En effet, mâles et femelles peuvent ne pas s’entendre tout au long de l’année et ne se tolérer qu’au moment de la reproduction. Et une fois le ou les petits nés, mieux vaut ne pas les laisser au contact du père, qui pourrait les tuer pour que la femelle soit de nouveau disponible pour s’accoupler.

L’alchimie du couple reproducteur

Agés de moins de 3 ans, les deux ocelots sont plutôt précoces pour avoir un petit. Et le courant a l’air de plutôt bien passer. Ensemble, ils ont eu un bébé le 14 juin. La femelle a mis bas vers 17 heures, dans l’un des enclos extérieurs. « Juste devant la baie vitrée », complète Luc Lorca, co-directeur du parc.

Elle est ensuite restée dehors jusqu’au dimanche 16 juin, au soir, puis s’est décidée à rentrer son bébé dans la loge d’intérieure prévue à cet effet, à l’arrière du bâtiment.

Au Zoo d’Asson, tout a été prévu pour que cela se déroule au mieux. Une première femelle est arrivée en mars 2017 depuis le Domaine des Fauves, et a été rejointe par un mâle du Zoo d’Amiens à l’automne de la même année. « Ils sont tous les deux compatibles et peuvent s’isoler l’un de l’autre très facilement s’ils le souhaitent », précise Luc Lorca, co-directeur du parc.

Patience avant de découvrir le petit

Comme tous les jeunes félins, le bébé ocelot est encore très fragile. « Même s’il se porte très bien », rassure le Zoo d’Asson. Il a besoin de repos et de rester à l’abri avec sa mère avant de pouvoir s’aventurer à l’extérieur. Les visiteurs devront donc faire preuve de patience avant de pouvoir le découvrir pour la première fois.

« Il ne sera pas visible du public avant plusieurs semaines, commente le Zoo d’Asson. Mais nous partagerons régulièrement des images de sa croissance », tempère le parc animalier.

Pour l’instant, la femelle a installé son petit dans la loge intérieure. Il y restera pendant plusieurs jours, en tout tranquillité. D’autant que les jours qui s’annoncent vont être très chauds, mieux vaut donc qu’il reste en intérieur. « Le bâtiment est conçu comme une serre et la température peut monter très rapidement. Nous avons donc installé un climatiseur afin que la température ne dépasse pas 25°C par ces temps de canicule », ajoute le co-directeur.

Un temple dédié à l’espèce

Dans ce parc animalier, l’ocelot tient une place de premier ordre. L’espèce dispose même de son propre espace baptisé « le Temple de l’ocelot », dont le nom en dit long sur les efforts consentis par le site pour favoriser l’accueil et la reproduction de ce petit félin.

Il faut dire que Luc Lorca a un attachement tout particulier pour l’ocelot. C’est lors d’un voyage au Guatemala que le co-directeur du Zoo d’Asson s’est découvert une passion pour ce petit félin d’Amérique centrale et du Sud. « Alors que je parcourais le parc national de Tikal bien avant la levée du soleil, je me suis retrouvé face à face avec un ocelot, raconte-t-il. Nous sommes restés quelques minutes immobiles à nous regarder, […] puis l’animal a marqué de sa joue une liane et a disparu. C’est alors qu’est née l’idée non seulement de présenter cette superbe espèce à Asson, mais aussi de partager avec nos visiteurs un peu de la magie de cette nuit-là. »

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here