Naissance rarissime dans ce zoo de Rhodes, près de Sarrebourg en Moselle. Deux petits élans sont nés le 15 mai 2018. Si les cas de jumeaux ne sont pas exceptionnels, c’est la première fois depuis longtemps que cette espèce de cervidés se reproduit dans le Grand Est de la France.

Faon élan au parc de Sainte-Croix

L’un des deux faons nés le 15 mai 2018 au parc animalier de Sainte-Croix

Alors que le parc animalier de Sainte-Croix entame une saison cruciale riche en nouveautés, une belle surprise a attendu les équipes ce mardi 15 mai 2018. Deux faons élans ont pointé le bout de leur nez alors que cette espèce de cervidé, la plus grande de toutes, vient tout juste d’arriver sur le site.

Une première depuis des siècles

Cela faisait longtemps que plus aucune naissance d’élan n’était survenue dans le Grand Est de la France, l’espèce ayant disparu à l’état sauvage depuis le Moyen-Age à cause de la chasse. Arrivés cet hiver, le mâle et les deux femelles de Sainte-Croix proviennent d’autres parcs européens situés en Suisse et en République Tchèque. C’est la femelle prénommée Bélinda qui a mis bas des jumeaux, un fait peu commun mais pas non plus exceptionnel chez les élans, ont rappelé les soigneurs de Sainte-Croix.

>> La naissance des deux élans en vidéo

Quelques instants seulement après leur naissance, les faons doivent déjà se dresser sur leurs pattes et être prêts à gambader pour fuir un éventuel danger, comme ils le feraient dans la nature. Une mission pas toujours évidente et plusieurs essais sont nécessaires avant d’y arriver ! Encore frêles, les faons restent pour l’instant à l’abri avec leur mère et seront présentés au public « dès qu’ils auront trouvé leurs repères », assure le parc de Sainte-Croix.

Florilège de naissances au parc animalier de Sainte-Croix

Vautour fauve au parc de Sainte-Croix

Le petit vautour fauve entouré par sa famille

Le carnet rose de ce zoo de Moselle se révèle déjà bien fourni en cette année 2018. En plus des jumeaux élans, d’autres naissances ont en effet eu lieu récemment, à commencer par l’arrivée d’un petit vautour fauve, il y a quelques semaines. L’espèce fait l’objet d’un programme européen d’élevage (EEP) et d’un projet de sauvegarde à l’état sauvage, en partenariat avec la fondation bulgare Fund for wild flora and fauna (FWFF). Une fois atteint l’âge requis, il sera réintroduit dans la nature en vue de la conservation de l’espèce dans son milieu naturel.

Autre espèce faisant partie d’un EEP, un bison d’Europe a lui aussi donné naissance à un petit au parc de Sainte-Croix. « Le sauvetage de cette espèce éteinte dans la nature après la Première Guerre mondiale s’est effectué grâce aux animaux sauvegardés en parcs zoologiques et réintroduits dans plusieurs forêts d’Europe et réserves en Roumanie, en Espagne, aux Pays-Bas, etc, rappelle le parc animalier. Nous avons déjà participé à ces programmes de réintroduction. Cette année, en agrandissant notre troupeau à dix individus, nous comptons pouvoir apporter plus d’animaux à ces actions de sauvegarde de l’espèce ! »

De nouveau du côté des oiseaux, la famille des pélicans frisés s’est elle aussi agrandie avec la naissance de deux petits au début de l’année. L’espèce fait également partie d’un EEP auquel participe le parc de Sainte-Croix. Dans la nature, la population de pélicans frisés est estimée entre 10 000 et 15 000 individus.

D’autres naissances sont encore attendues du côté « des loups, des harfangs des neiges, des ibis falcinelles ou encore des pies ibériques », ajoute le parc.

Articles Connexes