Créé en 1794, ce parc zoologique parisien fait partie des plus anciens zoos du monde encore ouverts, après celui de Schönbrunn, en Autriche. Il appartient toujours aujourd’hui au Muséum National d’Histoire Naturelle.

Plus vieux zoo de France

Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes – Flamants roses

Le plus vieux zoo de France a ouvert ses portes en pleine Terreur, quelques années seulement après la prise de la Bastille et pourtant, il est encore en activité de nos jours. Inaugurée le 16 mai 1794, la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris est donc le plus ancien parc animalier de France encore debout et l’un des plus vieux zoos du monde, seulement précédé par le jardin zoologique de Schönbrunn, à Vienne, créé en 1752.

L’histoire du plus vieux zoo de France

C’est Bernardin de Saint-Pierre qui, le premier, nourrit l’idée d’ouvrir une ménagerie afin d’enrichir les collections du Muséum avec des animaux vivants. Cet intendant du Jardin national des plantes est également l’auteur du célèbre roman Paul et Virginie. Lorsqu’il suggère d’accueillir des espèces animales, la population est déjà fascinée par l’observation d’animaux exotiques. Mais la seule façon d’en contempler ailleurs que dans les livres était de se rendre dans des ménageries privées et des foires pas toujours bien encadrées. Pour pallier ces exhibitions sauvages qui avaient lieu dans les rues de Paris, un arrêté municipal est rédigé le 16 mai 1794. Tous les animaux sont alors recueillis aux côtés de ceux de la ménagerie royale de Versailles, abandonnée après la Révolution, et de ceux de la ménagerie du Duc d’Orléans. A ce moment-là, la Ménagerie du Jardin des Plantes héberge 58 animaux.

Allée de la Ménagerie

Allée de la ménagerie et parc des antilopes (1885)

Les premiers animaux du zoo

Très vite, des espèces en provenance des quatre coins du monde trouvent refuge à la Ménagerie de Paris. Des éléphants, des lions, des chameaux, des ours et autres buffles prennent possession des lieux dès 1798, bien souvent après avoir été rapportés par les armées de la Convention puis napoléoniennes au terme de leurs expéditions. Plusieurs animaux, comme la girafe Ménélik en 1911, sont également offerts à la France par d’autres souverains.

Le lion Woira, quant à lui, fait partie des premiers pensionnaires de la Ménagerie du Jardin des Plantes, et fait aujourd’hui partie de la légende. Capturé au Sénégal en 1787 alors qu’il n’était encore qu’un lionceau, il est offert au directeur de la Compagnie d’Afrique la même année. Il grandit donc entouré de nombreux autres animaux – poules, chevaux, chats, moutons, etc. – et finit par se lier d’amitié avec un jeune chien. Dès lors, ils deviennent inséparables et arrivent ensemble à la Ménagerie au moment de son ouverture, en 1794. D’autres animaux les accompagnent alors, dont six paons, une antilope bubale et un couagga. Cette dernière espèce s’est éteinte au 19ème siècle et était décrite comme un « petit cheval zébré ».

Quelques années plus tard, ils sont rejoints par un couple de lions : la femelle Constantine et le mâle Marc. Ramenés de Tunis en 1798, ils donnent naissance à trois lionceaux baptisés Marengo, Fleurus et Jemmapes, en 1800. Autre pensionnaire emblématique de la Ménagerie du Jardin des Plantes : Kiki. Cette tortue géante des Seychelles est arrivée depuis l’île Maurice en 1923 et a vécu la grande majorité de sa longue vie – 146 ans tout de même ! – dans ce parc, avant de s’éteindre en 2009.

Parc de la Ménagerie

Parc de la Ménagerie (1885)

Les premières constructions d’envergure, dont font partie les fosses aux ours, sont érigées dès 1805 et la célèbre rotonde en forme de croix de la légion d’honneur est inaugurée par Napoléon Bonaparte en personne en 1812. En 1827, la première girafe est présentée aux Français : Zarafa restera dans le parc pendant 18 ans et deviendra la coqueluche du tout Paris. Offerte par le pacha d’Egypte Méhémet-Ali au roi Charles X, elle est arrivée par bateau à Marseille et a parcouru la route jusqu’à Paris en 41 jours.

La Ménagerie de Paris aujourd’hui

Aujourd’hui, le parc de 5,5 hectares regroupe quelques 1 800 animaux, toujours au cœur du 5ème arrondissement de Paris. Panthère des neiges, pythons, flamants roses, chevaux de Przewalski, oryx d’Arabie, orangs-outans… Les pensionnaires de la Ménagerie du Jardin des Plantes proviennent du monde entier. Depuis 2003, les historiques fosses aux ours ont été transformées pour accueillir les pandas roux et binturongs, mais le vivarium (inauguré en 1926), la singerie (1936), la fauverie (1937) ainsi que la plus récente volière des déserts (2013) sont toujours debout.

Articles Connexes