Les quatre bébés nés en mars 2018 partent chacun leur tour vers d’autres parcs animaliers européens pour fonder leur propre famille. Le couple reproducteur, en revanche, reste au Parc de la Tête d’Or.

Chat des sables Zoo de Lyon

C’est l’histoire de la vie en parc animalier : les petits finissent un jour par grandir puis partir pour d’autres structures en vue, le plus souvent, de fonder leur propre famille. Il en va de même pour les quatre chatons des sables nés au Zoo de Lyon le 20 janvier 2018.

Premiers départs de chatons

Le premier à partir a été le mâle Shaam. Il est parti début février 2019, soit un peu plus d’un an après sa naissance, pour le zoo de Hluboka, en République Tchèque. Sa sœur, la seule femelle de la portée, a elle aussi trouvé un nouveau foyer à la même période.

Au début de l’année 2019, ne restait plus donc qu’à trouver deux places quelque part en parc animalier pour les deux derniers mâles. Ce qui n’a pas tardé pour l’un d’entre eux.

En effet, un deuxième mâle prénommé Daraw a à son tour quitté le nid fin mai. Il a rejoint le zoo Magdeburg, en Allemagne. « Il n’a pas fait la route seul puisque notre jeune femelle amazone d’Equateur, née ici en 2017, est également partie rejoindre un zoo allemand, le Zoo de Berlin, où elle sera mise en couple », précise le Zoo de Lyon sur sa page Facebook.

Contrairement à ce qu’ont pu craindre pendant un laps de temps les internautes qui suivent la page Facebook du Zoo de Lyon, tous les chats des sables ne quittent pas le parc. Seuls les petits nés en 2018 sont transférés ailleurs. Le couple reproducteur, lui, reste au Parc de la Tête d’Or.

Programme européen d’élevage (EEP)

Cette crainte est venue d’un post du zoo dans lequel il annonçait le départ prochain des chats des sables. Bien entendu, cela ne concernait pas tous les petits félins du Zoo de Lyon.

En réalité, tous ces départs ont un but précis et sont supervisés par le coordinateur européen de l’espèce, qui n’est autre que Jérôme Catinaud du Parc des Félins. Le chat des sables fait en effet l’objet d’un programme européen d’élevage (EEP).

Départ chats des sables Lyon

« Aujourd’hui au sein de l’Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA) ce sont plus de 400 espèces qui sont gérées dans le cadre d’EEP, explique le Parc de la Tête d’Or. Ainsi pour chacune de ces espèces, un zoo membre de l’association a la charge de suivre précisément la reproduction et la génétique de leur population au sein des zoos de l’EAZA. Cette population constitue en quelque sorte une population de secours pour l’espèce. C’est pour cela que nous suivons scrupuleusement les recommandations que nous font, tous les ans, les coordinateurs de chacune des espèces que nous accueillons. Ainsi, il ne nous est pas possible de reproduire tous nos animaux tous les ans et de la même manière ceux qui naissent chez nous doivent rejoindre de nouveaux partenaires de leur espèce dans d’autres zoos participant au programme. »

Bientôt de nouvelles naissances ?

Une fois que les petits seront partis, et avec l’accord du coordinateur de l’espèce, le couple reproducteur pourra se remettre en reproduction. Le mâle est arrivé depuis les Emirats Arabes Unis en août 2016 et la femelle l’a rejoint en septembre 2017. La portée de janvier 2018 était donc la première du couple.

Dans la nature, le chat des sables vit dans des zones arides en Afrique (Sahara) et en Asie centrale (Iran et Pakistan). L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe l’espèce dans la catégorie « quasi-menacée ». Les principaux dangers qui pèsent sur elle sont le braconnage.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here