C’est la grande nouveauté de ce parc animalier du Maine-et-Loire : l’arrivée d’une toute nouvelle espèce de rongeur. A découvrir au printemps !

Souslik au Bioparc

En ce moment, les sousliks sont toujours en train d’hiberner mais dès l’arrivée des beaux jours, au printemps, ils quitteront leur tanière pour rencontrer pour la première fois les visiteurs du Bioparc de Doué-la-Fontaine.

Une nouvelle espèce au Bioparc

Présenter des sousliks est une première pour le Bioparc. C’est même la grande nouveauté du parc cette année. Pour accueillir les 15 à 20 petits rongeurs arrivant de la réserve zoologique de Calviac et de Zoodyssée – deux parcs situés en Nouvelle-Aquitaine – le Bioparc a aménagé un enclos de 500 mètres carrés non loin du parc des ours à lunettes. Dans cet espace, les rongeurs hauts d’à peine une vingtaine de centimètres auront tout le loisir de courir se cacher dans des terriers et de remonter à la surface à volonté ! L’une de leurs activités favorites, comme l’explique le zoo de Doué-la-Fontaine : « Vifs comme l’éclair, les sousliks se cachent dans des terriers pour réapparaître quelques mètres plus loin. De quoi éveiller le sens de l’observation de tous ! »

Former un groupe reproducteur

La colonie du Bioparc est censée former un groupe reproducteur. « Le souslik est une espèce qui se reproduit plutôt facilement, nous devrions avoir régulièrement des naissances », projette le parc animalier. Même si l’espèce ne fait pas partie d’un programme d’élevage européen, comme c’est le cas pour un certain nombre d’espèces menacées, les premiers bébés sont attendus avec impatience. Ce qui serait d’ailleurs une bonne nouvelle pour la conservation de l’espèce en captivité car dans la nature, elle est menacée. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) la classe « vulnérable » dans sa liste rouge. La principale menace qui cause le déclin de ses populations sauvages : la destruction de son habitat naturel – les steppes – au profit de terres cultivées.

Le souslik d’Europe, un rongeur qui siffle

Ce rongeur est originaire de l’Europe centrale et de l’Europe du sud-est, depuis l’Autriche jusqu’à l’est de la Turquie. Omnivore, « il se nourrit de végétaux, d’insectes et de graines, qu’il emmagasine dans ses abajoues et qu’il rapporte dans son terrier, détaille le Bioparc. Il stocke ainsi une grande quantité de nourriture dans sa tanière, dans laquelle il hiberne tout l’hiver jusqu’au printemps. » Lorsqu’il cherche de la nourriture à l’extérieur, le souslik devient vulnérable car à la merci des prédateurs. Pour s’en protéger, il reste aux aguets et émet un sifflement strident dès qu’il aperçoit un danger. Il donne ainsi l’alerte à toute sa colonie qui peut ensuite plonger dans un terrier et se mettre à l’abri. Ces parties de cache-cache ne sont donc pas un simple jeu pour le souslik.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here