Après la Grande volière sud-américaine en 2009 et le Sanctuaire des okapis en 2013, le BioParc de Doué-la-Fontaine inaugurait hier sa dernière nouveauté : les Fantômes de l’Himalaya.

Amphithéâtre des Fantômes de l'Himalaya

Panthères des neiges, vautours et makhors : 11 000 m² de nouveautés

Depuis hier, les panthères des neiges du BioParc de Doué-la-Fontaine profitent d’un nouvel espace de 2000 m². Quatre fois plus grand que l’espace qui leur était jusqu’à maintenant réservé, doté de falaises escarpées et creusé dans dix mètres de roche, l’enclos a été soigneusement aménagé afin d’offrir des conditions de vie optimales aux grands félins. Pour autant, la superficie impressionnante de l’enclos ne devrait pas nuire à l’expérience des visiteurs : terrasse d’observation surplombant le site, passerelles suspendues, baies vitrées creusées dans les galeries de calcaire… De nombreux points de vue sont proposés au public.

Ce nouvel environnement aurait pu suffire à être la grande nouveauté de l’année, mais le BioParc ne s’est pas arrêté là. A quelques pas de là, un amphithéâtre d’une superficie de 4000 m² et d’une capacité de 1100 places assises (capacité maximale : 1800 places) a lui aussi été creusé dans la roche. Quelques jeunes arbres parsèment pour le moment ce décor minéral, mais ils sont encore très jeunes pour accueillir les pandas roux : cela ne sera possible que dans une dizaine d’années. Pour le moment, l’amphithéâtre abrite la Curée, une animation durant laquelle les vautours du parc se partagent leur repas. Actuellement, 17 vautours fauves et 2 vautours moines prennent part au spectacle. Cet été, ce nombre aura doublé et, à terme, plus de 60 oiseaux, tous handicapés et incapables d’être réintroduits dans leur milieu naturel, y participeront.

Trois enclos et 200 mètres de galeries supplémentaires

Enfin, un troisième enclos de près de 2000 m² vient clore ce décor ciselé : celui des markhors. Ces caprins aux grandes cornes spiralées pouvant atteindre 1,5 mètre ne vivent que sur les contreforts de l’Himalaya et, eux aussi, bénéficient désormais d’un grand enclos fait de larges ravins et de plateformes rocheuses.

Au total, le BioParc de Doué-la-Fontaine offre ainsi à ses visiteurs une extension d’environ 11 000 m². Les travaux, débutés l’été dernier, ne se sont achevés que quelques instants avant l’inauguration et auront nécessité le déplacement de 65 000 tonnes de terre et de roche pour un budget d’environ 1,5 million d’euros. 200 mètres de galeries ont été creusés dans le calcaire de Doué-la-Fontaine, d’une part afin d’accéder à l’amphithéâtre des vautours, et d’autre part afin de fournir des points de vue en contre-plongée sur l’ensemble des animaux présents.

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here