La grande nouveauté 2020 du Zoo de Doué-la-Fontaine est actuellement en chantier. Et elle est de taille : il s’agit d’un nouvel espace de 2,4 hectares dédié aux carnivores d’Afrique. Découverte.

Pour le moment en chantier, le nouvel espace du Bioparc promet d’être grandiose. Au programme, 2,4 hectares au cœur d’un dédale minéral dans lequel vivront lions, guépards et une quinzaine d’autres espèces africaines.

Nouvel espace dédié à l’Afrique

Là, dans ce que le Bioparc a d’ores et déjà baptisé le « Cratère des carnivores », plusieurs zones séparées présenteront des animaux africains. A commencer par les lions qui occuperont un espace de 1 hectare. Quatre nouveaux lions – trois femelles et un mâle – seront installés là. « Il s’agira probablement de lions de Kruger, mais nous sommes encore dans l’attente de la décision du coordinateur européen », précise le zoo fondé par Louis Gay. Les lions déjà présents au Bioparc resteront dans à leur place actuelle.

Lion Kruger

Dans un deuxième espace, le Cratère des carnivores présentera un groupe de guépards. « Trois nouvelles femelles s’ajouteront aux trois femelles présentes actuellement. Ces dernières seront transférées de leur enclos actuel vers le Cratère des carnivores, ce qui créera un groupe de 6 individus. »

Femelles guépards au Bioparc

Le chantier est gigantesque. Il a démarré en août 2018 et devrait se terminer pour une ouverture en avant-première à Noël 2019. « Si les conditions climatiques le permettent, précise le Bioparc. Sinon, l’inauguration aura lieu en février 2020, à la réouverture du parc après sa fermeture annuelle. »

Parmi toutes les espèces présentées dans cet espace, trois seront accueillies pour la première fois au Bioparc :

  • Les otocyons, aussi appelés « renards à oreilles de chauve-souris » pour des raisons morphologiques évidentes quand on les observe ;
  • Les oryctéropes, surnommés parfois « cochons de terre » à cause de leur étonnant museau. L’espèce est peu commune en Europe et le Bioparc devrait être le premier zoo français à la présenter ;
  • Les suricates, que tout le monde connait.

« Ces trois espèces se trouveront à proximité de la hutte », précise le parc.

Une volière de 2000 mètres carrés

Le Cratère des carnivores comptera également une grande volière encaissée dans les falaises sinueuses du site. D’une superficie de 2000 mètres carrés, elle accueillera une dizaine de nouvelles espèces dont :

  • 7 espèces d’oiseaux ;
  • 1 espèce de singe ;
  • 2 espèces de petits herbivores : des oréotragues (petites antilopes africaines) et des damans des rochers (petits mammifères d’Afrique du Sud un peu similaires d’apparence à des marmottes ou de gros cochons d’Inde).

Les espèces accueillies dans cette volière sont toutefois encore susceptibles de changer dans les mois à venir.

Pour la découvrir, les visiteurs devront se montrer encore plus patients puisque cette volière sera, à priori, la dernière zone du Cratère des carnivores présentée au public. Ouverture officielle prévue en 2021.

Soutien de la Région

Au total, la création de cette nouvelle zone devrait coûter 2 millions d’euros. C’est plus que le budget initial prévu par le Zoo de Doué-la-Fontaine, qui était de 1,5 million d’euros. « Des imprévus sur le chantier, notamment au niveau de la volière, ont augmenté le montant », commente le parc.

Pour l’aider à la financer, le Bioparc a pu compter sur le soutien de la Région des Pays de la Loire, via le dispositif « Contrat de Croissance Entreprise ».

Au total, la Région a ainsi alloué un prêt de 300 000 euros au Bioparc, ainsi qu’une subvention de 75 000 euros exclusivement pour son projet « Cratère des carnivores ».

D'autres articles de la catégorie Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here