Le parc animalier vient d’enregistrer sa quatrième naissance depuis le début de l’année. Après Dello, Omar et Esmeralda, Hama rejoint la bande des girafons de Doué-la-Fontaine.

Quatrième naissance 2019 girafes Bioparc

Le dicton « jamais deux sans trois » vient de se transformer en « jamais trois sans quatre » au Bioparc de Doué-la-Fontaine. Le parc animalier fondé par Louis Gay en 1961 vient en effet d’annoncer une heureuse nouvelle du côté des girafes. Encore une fois !

Quatre naissances en 2019

Le 12 juin, l’équipe animalière a annoncé sur Facebook la naissance d’un nouveau girafon le vendredi 7 juin. Il s’agit d’un mâle prénommé Hama.

Avec lui, ce sont désormais quatre girafons qui gambadent au Bioparc : trois mâles (Dello, Omar et Hama) et une femelle, baptisée Esemeralda en hommage à Notre-Dame de Paris. Cette petite est en effet née au moment où la célèbre cathédrale était ravagée par les flammes, le 15 avril dans la soirée.

Ses congénères ont quant à eux été nommés en l’honneur de sculpteurs nigériens qui se rendent régulièrement à Doué-la-Fontaine pour réaliser des œuvres en faveur de l’association de sauvegarde des girafes du Niger.

Naissances chez les saïmiris

Saïmiris à tête noire au Bioparc

Avec toutes ces naissances du côté des girafes, on en oublierait presque les autres pensionnaires du Bioparc. Et pourtant, pour eux aussi, le carnet rose s’allonge. Début juin, le parc animalier a ainsi annoncé la naissance de deux petits saïmiris à tête noire.

Les visiteurs pourront les apercevoir très certainement accrochés au dos de l’une des femelles puisque chez cette espèce, « seules les mères et les jeunes femelles du groupe s’occupent des nouveau-nés, explique le Bioparc. Ils resteront accrochés au dos des adultes durant quelques mois avant de se déplacer par eux-mêmes ».

Et bientôt chez les rhinocéros noirs ?

Rhinocéros noir Bioparc

Les équipes animalières espèrent également une naissance, à plus long terme, chez les rhinocéros noirs. C’est d’ailleurs la raison du transfert, fin mai, de Djaoul, un jeune mâle âgé de 4 ans arrivé à Doué-la-Fontaine après un voyage depuis la République Tchèque.

« En nous confiant cet animal, le coordinateur européen de l’espèce espère former un nouveau couple reproducteur au Bioparc, explique le parc animalier. Djaoul est déjà en contact visuel avec Tisa, sa congénère. Leur mise en contact physique n’interviendra cependant que dans plusieurs mois, pour laisser aux animaux le temps de s’apprivoiser. »

La reproduction de cette espèce en danger critique d’extinction est complexe en captivité. En octobre 2018, le Bioparc avait perdu Kata-Kata, son rhinocéros noir mâle, après une intervention ayant pour but de récolter sa semence.

D'autres articles de la catégorie Naissances

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here