Chef d’orchestre parfois dans la lumière mais bien souvent dans l’ombre, le directeur est un maillon essentiel au bon fonctionnement d’un parc animalier. Ancien soigneur animalier, chef d’entreprise, investisseur ou héritier, le métier de responsable d’un parc zoologique s’adresse à de nombreux profils. Géraldine Blanchon-Pothet, responsable du Parc Zoologique de Lille, Claire Cachat, gérante du parc animalier de Merlet et Pascal Damois, directeur associé du Parc animalier d’Auvergne, ont accepté de parler de leur métier à Zooactu.

multi-métiers

Etre responsable de parc animalier, c’est avant tout savoir  » se glisser dans la peau d’une multitude de métiers.  » Photo :©

Le profil des responsables de parc zoologique

Claire Cachat est la fille de Philippe Cachat, fondateur en 1967 du parc de Merlet. Elle est propriétaire de l’entreprise mais partage avec sa sœur la propriété du terrain.

Géraldine Blanchon-Pothet a pris la tête du Zoo de Lille en 2016. Elle est salariée de la ville du même nom qui est propriétaire du parc zoologique.

Pascal Damois a repris le Parc animalier d’Auvergne en 2012 avec son associé Rémy Gaillot. Ils ont investi près de trois millions d’euros en cinq ans pour donner au parc sa dimension actuelle et tripler sa fréquentation.

Trois profils, trois parcours mais un seul et même métier : responsable de parc zoologique. Homme ou femme peu importe, l’important pour devenir un bon directeur est de posséder un certain nombre de qualités et de connaissances essentielles :

  • La polyvalence : être responsable de parc animalier, c’est avant tout savoir « se glisser dans la peau d’une multitude de métiers », explique Pascal Damois. Une qualité également mise en avant par Claire Cachat : « Il faut être très polyvalent : manuel, organisé, psychologue, inventif et artiste. »
  • Etre bon gestionnaire : un parc animalier c’est avant tout une entreprise ! Entre le personnel et les soins aux animaux, les coûts sont nombreux et le rôle premier du responsable est de maintenir l’équilibre financier du parc. « Savoir gérer un budget et être rigoureux » sont des qualités essentielles pour Géraldine Blanchon-Pothet. Le directeur du Parc animalier d’Auvergne lui donne totalement raison et précise : « il faut être un excellent gestionnaire (communication, marketing, finance, gestion des infrastructures et des espaces verts). »
  • Aimer le contact humain : le directeur de zoo a en général une équipe sous ses ordres : communication, commercial, restauration, agents techniques et responsable animalier. Selon la taille du parc animalier, l’équipe de salariés permanents est plus ou moins importante mais vous aurez affaire à plus d’humains que d’animaux dans votre quotidien !
  • Aimer les animaux : cela va de soi ! Le directeur dirige un parc zoologique et non un supermarché. Pascal Damois insiste : « Il faut s’intéresser aux animaux, à leur bien-être, à la conservation in situ et ex situ ». Pour la responsable du Parc de Merlet, il est également important de savoir prendre de la distance « concernant les animaux, avoir le « bon sens paysan », ce qui veut dire pour moi ne pas faire de sensiblerie ou d’anthropomorphisme. »
  • La responsable du Zoo de Lille assure par ailleurs qu’il ne faut pas être rebuté par l’administratif et la réglementation. Droit du travail, réglementation des établissements recevant du public (ERP) et sécurité sont quelques-unes des notions qui devront vous devenir familières en passant à la direction. En cas de problème, vous êtes le représentant légal du parc !
Pascal Damois

Pascal Damois (à gauche) et Rémy Gaillot, propriétaires et co-directeurs du Parc animalier d’Auvergne.

Formation

Contrairement aux métiers de soigneur animalier ou de vétérinaire, il n’existe pas de formation dédiée pour vous apprendre à diriger un parc animalier. Tout simplement parce qu’il s’agit rarement d’une vocation en soi. En général, on gravit les échelons dans le milieu animalier ou bien on achète ou fonde un parc animalier avant d’en prendre sa direction.

Dans le cas de nos trois intervenants, deux ont une formation animalière :

  • Géraldine Blanchon-Pothet est biologiste de métier puis est passée par les postes de curatrice à la Ménagerie du Jardin des Plantes et responsable scientifique au Parc des Oiseaux avant de prendre la direction du Zoo de Lille.
  • Claire Cachat possède pour sa part un certificat de spécialisation animaux non domestiques au CFPPA de Vendôme, après une année de comptabilité et un BTS ACSE (conduite d’exploitation agricole).
Claire Cachat

Claire Cachat, propriétaire et responsable du parc de Merlet, et la marmotte Comète.

Pascal Damois a une formation très différente puisqu’il est avant tout entrepreneur. Il a choisi d’intégrer une école de commerce (BBA ESSEC), avant de suivre un DESS de finance d’entreprise et un master spécialisé dans l’innovation et l’entrepreneuriat. « Je suis au départ un gestionnaire avant tout. Je pense que cela forme très bien au métier de directeur de zoo », précise-t-il. Toutefois, pour travailler dans le milieu des parcs animaliers, il lui manquait un bagage qu’il a acquis en visitant près d’une centaine de zoos.

La propriétaire du Parc de Merlet estime pour sa part que sa formation animalière et agricole lui a permis « d’avoir du recul sur mon propre établissement, ce qui a été très bénéfique », mais regrette qu’il lui manque « des qualités en management. »

La responsable du zoo de Lille considère également que sa formation lui sert au quotidien mais reconnaît que pour « accéder à ce métier ce n’est pas le plus simple. Ce sont souvent les vétérinaires et les enfants des fondateurs qui deviennent directeurs. » Toutefois, si « une expertise scientifique n’est pas indispensable pour gérer un parc animalier, il faut dans ce cas savoir s’entourer de personnes qui ont ces connaissances indispensables. »

Le quotidien d’un directeur de parc animalier

Le quotidien d’un responsable de parc zoologique se répartit entre travail sur le terrain et tâches administratives et autant dire que c’est rarement du 50/50, comme nous le précise Claire Cachat : « Il faut accepter de passer les trois quarts de son temps devant un ordinateur. »

business

La gestion financière du parc est une part importante du quotidien d’un directeur de parc animalier.

Votre rôle en tant que directeur ou directrice est de veiller à ce que l’entreprise soit pérenne, la gestion financière du parc est donc une part importante du quotidien, comme dans toute entreprise. Mais vous devrez veiller également sur :

  • la communication et le marketing du parc,
  • la sécurité des visiteurs comme celle des animaux,
  • l’avancement des projets avec la rénovation des enclos ou la construction de nouveaux espaces,
  • la gestion des équipes (technique, commerciale, pédagogique…). « Il faut gérer les plannings, les absences, les fiches de paie, les arrivées et les départs, la formation,…) », énumère le directeur du Parc animalier d’Auvergne,
  • le bon fonctionnement des services de votre parc : boutique de souvenirs et points restauration.
zoo de Lille

Géraldine Blanchon-Pothet, responsable du Zoo de Lille.

Enfin, vous passerez une grande partie de votre temps à gérer les relations avec l’extérieur : fournisseurs, sollicitations de la presse, échanges avec les autres parcs animaliers, administration. Si vous êtes membre de l’AFdPZ – l’Association française des parcs zoologiques – et de l’EAZA -l’Association Européenne des Zoos et Aquariums – ou encore que vous participez à des programmes d’élevage ou aux tout nouveaux « EAZA Ex situ Programmes » : vous serez en relation constante avec les autres zoos européens.

Géraldine Blanchon-Pothet, du Zoo de Lille, veille pour sa part à conserver en plus de toutes ses missions un rôle sur le terrain auprès des animaux, son coeur de métier, et valide les aménagements des enclos. Une situation que vit également la responsable du Parc de Merlet : « Quand le parc est fermé au public, je m’occupe aussi des animaux et de l’entretien, en plus de mon travail au bureau ».

En revanche, la responsable du zoo de Lille et Pascal Damois, du parc d’Auvergne, exercent en plus de leur rôle de direction le métier de « curateur » aussi appelé « responsable des collections ». Ce sont eux qui choisissent les espèces du parc, gèrent les transferts, sont en relation avec les coordinateurs des différentes espèces et veillent à la mise en place des bonnes pratiques. Un volet animalier dans un quotidien de chef d’entreprise qui rappelle que diriger un parc zoologique c’est aussi gérer du vivant !

Perspectives d’évolution

En tant que directeur ou responsable, vous êtes déjà le « chef » donc difficile d’avoir une promotion à moins de fonder ou de racheter un second parc animalier ! Toutefois, si vous faites partie des associations regroupant des parcs zoologiques, vous pourrez être amené à prendre des responsabilités nationales ou européennes en intégrant des équipes de réflexion comme Pascal Damois dont l’associé Rémy Gaillot est membre de la commission conservation et de la commission sécurité de l’AFdPZ.

Pour le repreneur du Parc animalier d’Auvergne, l’évolution naturelle du métier est de « faire grandir son parc pour sensibiliser le plus de personnes possibles. » Un point de vue que partage Claire Cachat : « En tant que propriétaire du domaine, j’ai la possibilité de changer les activités sur le site. »

Faire évoluer son parc, sa collection d’animaux, ses missions quotidiennes, voici les principales perspectives d’évolution du métier de directeur de parc animalier.