Logo WAZA (Association Mondiale des Zoos et Aquariums)

Historique

Le premier réseau mondial des parcs animaliers a été créé dès 1935 sous l’acronyme IADZG (International Association of Directors of Zoological Gardens – Association Internationale des Directeurs de Parcs Zoologiques). Dissoute pendant la seconde guerre mondiale, cette structure renaît de ses cendres en 1946 et, deux ans plus tard, contribue à la création de l’UICN dont elle est l’un des membres fondateurs. Encore aujourd’hui, la WAZA continue à soutenir financièrement cette institution.

A partir des années 1990, l’apparition d’associations régionales ou continentales, comme l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums) ou l’AZA, son pendant américain, provoque une modernisation de la l’IADZG. En 2000, sa structure et ses missions changent et l’appellation que l’on connaît aujourd’hui, WAZA (Association Mondiale des Zoos et Aquariums), voit le jour. Plus de 330 membres composent désormais ce réseau mondial, parmi lesquels l’AFPZ (Association Française des Parcs Zoologiques), le parc zoologique de Thoiry ou le zooParc de Beauval. Au total, environ 1300 zoos répartis sur plus de 50 pays ont déjà intégré l’association.

Missions

Au fil des années, les missions de la WAZA ont considérablement évolué. Si ce réseau mondial a toujours eu pour objectif de favoriser les échanges entre ses membres, il porte aujourd’hui une vision de plus en plus affirmée : les parcs zoologiques doivent encourager la conservation des espèces, organiser des programmes de reproduction (conservation ex-situ), permettre à la recherche d’acquérir de nouvelles connaissances, et surtout respecter le bien-être de l’animal. Beaucoup de zoos ont évolué en ce sens au cours des dernières années, phénomène visible jusque dans les noms des sites : le Bioparc de Douè-la-Fontaine, par exemple, était sobrement baptisé « zoo de Doué-la-Fontaine » jusqu’en 2011. La WAZA se définit aujourd’hui comme « le catalyseur » des actions de conservation portées par les zoos dans le monde : plus de 1000 espèces profitent de programmes de reproduction en captivité.

D’autre part, la WAZA s’intéresse de plus en plus à la conservation in-situ, c’est-à-dire dans le milieu naturel des espèces : elle affirme même devoir « augmenter le nombre de zoos et aquariums impliqués dans la conservation des espèces et de leurs habitats, et faire des parcs zoologiques les principales organisations non-gouvernementales de conservation ». 350 millions de dollars sont dépensés chaque année par les parcs zoologiques afin de soutenir des programmes de conservation.

Enfin, par l’intermédiaire de ses membres, la WAZA accueille chaque année 700 millions de visiteurs chaque année, dont une grande partie appartient encore à la jeune génération. Cette audience est très importante en matière de conservation. L’association encourage donc chacun de ses membres à sensibiliser son public aux diverses problématiques touchant la biodiversité, qu’il s’agisse du réchauffement climatique ou du braconnage.

Bien-être animal et code d’éthique

Non contente de s’engager à participer à l’amélioration de la qualité des enclos dans les zoos qui en ont besoin, la WAZA a également fait du bien-être animal une priorité dès le début des années 2000 avec la création d’un « Code d’éthique et du bien-être animal » en 2003. Ce document rappelle qu’il « incombe à tous les membres d’appliquer les plus hauts standards de bien-être animal et d’encourager ces standards » dans les autres zoos du monde. Par ailleurs, les membres de l’association doivent « veiller à ce que tous les animaux qui leur sont confiés soient traités avec le plus grand soin et leur bien-être doit être primordial à tout moment. »

Euthanasie, capture d’animaux sauvages, sensibilisation des visiteurs, recherche scientifique sont également abordés dans ce document. Grâce à lui, la WAZA rappelle ainsi que, si les parcs animaliers fournissent une activité de loisirs à leur public, ils ont désormais aussi pour principale mission de garantir la conservation de la biodiversité et la survie des espèces.

D'autres articles de la catégorie Associations

4 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je me permets de laisser un message ici concernant une inquiétude suite à un post facebook qui indique que le parc zoologique dePrudencio Navarro serait fermé depuis plusieurs mois et que les animaux s’y trouvant encore serait à l’abandon et en cruel danger. Les équipes du zoo de Beauval m’ont orientée vers vous car vous êtes l’instance qui peut enquêter et faire quelque chose pour eux.

  2. Bonjour Je vous écris ce message pour savoir si vous pourriez faire quelque chose pour les loups se trouvant dans le 05 avant que des éleveurs pètent un câble et en tuent. Si vous pouviez aller sur place avec les personnels de zoo qui auraient envie de récupérer des lots avant qu’ils soient tués par les éleveurs de brebis chèvre et autres merci sujet d’actualité

    • Bonjour, si vous souhaitez joindre la WAZA, il faut vous adresser directement à eux (secretariat@waza.org). Toutefois, il s’agit d’un organisme représentant les zoos du monde entier et non les zoos français. Pour cela, mieux vaut joindre l’AFDPZ (http://www.afdpz.org/). Sachez cependant que les parcs zoologiques européens n’ont pas le droit de capturer des animaux sauvages dans la nature.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here